Sit-in des travailleurs de Sovac devant le tribunal de Sidi Mhamed

Sit-in des travailleurs de Sovac devant le tribunal de Sidi Mhamed

Les travailleurs du groupe Sovac ont observé ce samedi matin un sit-in devant le tribunal de Sidi Mhamed à Alger pour exiger la libération de leur PDG Mourad Oulmi.

Les employés de Sovac ont observé ce rassemblement pour dénoncer également la lourde peine de prison requise par le tribunal de Sidi Mhamed à l’encontre de leur PDG et les retombées sur leur société et leurs  postes d’emplois. Le  groupe  Sovac  emploie  près  de  2500 travailleurs.

Pour rappel, les travailleurs de Sovac ont réagi vendredi au réquisitoire du tribunal de Sidi Mhamed dans le procès de Mourad Oulmi et ont voulu faire connaitre leur vérité sur le dossier.

A noter que de lourdes peines de prison ont été requises contre Mourad Oulmi, son frère, son épouse ainsi que plusieurs anciens cadres de l’Etat.  En effet, dans le cadre de l’affaire Sovac, le représentant du ministère public a requis une peine de 15 ans de prison ferme contre Mourad Oulmi, 12 ans de prison ont été requis contre son frère Khider et 20 ans de prison ont été également requis contre son épouse avec un mandat d’arrêt international émis à son encontre car elle est en fuite à l’étranger.

Mourad Oulmi est en détention depuis 2019. Un administrateur judiciaire a été désigné pour générer le groupe Sovac. Mais depuis, la société n’arrive pas à sortir la tête de l’eau, en raison notamment, du blocage des kits CKD au  niveau  des ports causant l’arrêt total  de  l’usine Sovac  Production de Relizane où sont montés depuis 2017 les véhicules de la marque allemande Volkswagen.

La situation a poussé le groupe Sovac a réduire son activité au seul service de l’après-vente, mais, impacté lui aussi  par  un  manque des pièces de rechange à cause de l’arrêt des importations, en raison de la pandémie du coronavirus (covid-19) qui a provoqué la fermeture des frontières entre les pays.

Jeudi dernier, devant la commission des finances et du budget de l’APN, le ministre de l’Industrie et des Mines, Ferhat Ait Ali Braham a évoqué l’avenir des usines de montage automobile en Algérie.

Le ministre a indiqué au sujet de ces usines de montage de véhicules que l’Etat accorde un intérêt majeur à ce dossier, notamment l’avenir des travailleurs. « Ces projets ne sont que de simples structures ne disposant nullement des moindres conditions de fabrication, a-t-il précisé.

Ferhat Ait Ali a ajouté que si les propriétaires de ces projets veulent reprendre leurs activités, ils n’ont qu’à remplir les conditions qui seront fixées dans les nouveaux cahiers des charges, notamment en ce qui concerne le taux d’intégration (40 %).

MDI School