PAD : « Les récentes arrestations des militants visent à faire peur et empêcher le retour du Hirak »

PAD :
Photo PAD

Les forces du pacte de l’Alternative démocratique, PAD, ont dénoncé les récentes arrestations de certains éléments du Hirak, les considérant comme une « tentative de créer un climat de peur et de terreur dans l’espoir d’empêcher le retour puissant du mouvement révolutionnaire».

Le PAD regrette dans un communiqué paru mardi l’exploitation par le pouvoir de la suspension des manifestations pacifiques décidée par le mouvement révolutionnaire pour « tenter d’imposer sa feuille de route et son agenda politique avec pour objectif une normalisation autoritaire et brutale».

Selon le même document, durant situation de confinement des populations « le pouvoir a redoublé de férocité en multipliant les lois liberticides et les actes répressifs avec leur lot d’interpellations et d’emprisonnements arbitraires».

Face à cette situation, les membres du PAD exigent « la libération inconditionnelle de tous les détenus d’opinion, des journalistes et l’arrêt des poursuites contre tous les militants et les activistes».

Ainsi, tant que les revendications légitimes du mouvement révolutionnaire, « notamment le départ du système reste insatisfait », les forces du PAD « restent persuadées de l’imminente ré-émergence des manifestations pacifiques sur tout le territoire national car les ressorts des algériennes et des algériens ne sont pas cassés ».

Cette reprise risque d’être déclenchée par les conséquences du confinement estiment les membres du PAD. En effet, « l’arrêt de l’activité dans plusieurs secteurs a provoqué des licenciements massifs dans les entreprises économiques publiques, la fermeture de milliers de PME- PMI et de services avec à la clé des millions de salariés laissés pour compte (des commerçants, des artisans et autres fonctions libérales) » a-t-il constaté.

Les conséquences de cette crise sanitaire sont « dramatiques notamment une récession multiforme dévastatrice entraînant une dégradation effarante de la situation économique et sociale, ajoutant à cela les « mesures d’austérité contenues dans la loi de finances complémentaire telle que l’augmentation des prix des carburants et les risques d’inflation qui vont s’amplifier auront des implications insoutenables sur le pouvoir d’achat de la population ».

Par conséquent, le Pacte de l’alternative démocratique contribue à « soutenir toutes les luttes politiques et sociales citoyennes et appellent les Algériennes et les Algériens à demeurer mobilisés mais vigilants pour s’engager avec force dans la reprise effective des manifestations pacifiques dès que les conditions sanitaires de l’endiguement de l’épidémie de la COVID 19 le permettent ».

MDI School