Lyes Merabet : « La prime exceptionnelle n’a pas été versée aux personnels de santé »

La prime exceptionnelle au profit des personnels de santé publique, qui sont au premier front dans la lutte contre le coronavirus, n’a pas encore été versée aux bénéficiaires, a révélé, jeudi à Maghreb Émergent, Dr Lyes Merabet, le président du Syndicat national des praticiens de santé publique (SNPSP).

« Nous sommes déjà au mois de juin et aucune prime relative aux trois premiers mois n’a été versée. Pire, la période ne sera vraisemblablement pas renouvelée », a relevé Dr Merabet.

Fin mars dernier, le Président Tebboune avait annoncé avoir signé un décret instituant l’octroi d’une prime exceptionnelle au profit des personnels des structures et établissements publics relevant du secteur de la santé, mobilisés dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la propagation du coronavirus.

Selon Maghreb Émergent, « les employés de la santé ont pris connaissance d’une correspondance envoyée par le secrétariat général du ministère de la Santé aux directeurs des établissements hospitaliers publics relevant du secteur de référence, leur demandant d’établir une liste nominative des praticiens de la santé ‘concernés par la prime exceptionnelle’, le cadre de la lutte contre le Covid-19. » une décision qui a suscité la colère chez certains professionnels de la santé dans le secteur public, a précisé la même source.

Le président du SNPSP a estimé que la prime devrait bénéficier à tous ceux qui travaillent dans ces établissements car ils sont exposés à un risque de contamination par le virus. « Le patient n’atterrit pas directement dans le service réservé à la maladie du Coronavirus, il passe par les urgences, le consultation, la radiologie et les salles de soins.  La pharmacie, les agents d’entretien et d’autres employés sont engagés dans la lutte contre le virus, au même titre que leurs collègues », a déclaré Dr Merabet.

« Le personnel vit sous pression psychologique et morale, en l’absence de prise en charge, les praticiens représentent un risque pour leurs familles. Plusieurs d’entre eux ont été atteints du virus, d’autres l’ont payé de leur propre vie » a-t-il déploré, estimant que cette prime ne devrait pas être un privilège, d’autant plus que les praticiens de la santé n’ont bénéficié d’aucune prise en charge ni même d’un simple dépistage.

MDI School