HomeAfriqueSous pression américaine, la BAD commande une nouvelle enquête indépendante sur la...

Sous pression américaine, la BAD commande une nouvelle enquête indépendante sur la gouvernance de son président

Après plusieurs semaines de pression de la part des USA, la BAD va lancer une nouvelle enquête sur les méthodes de gouvernance de son président, Akinwumi Adesina (photo). Une précédente enquête innocentant l’ancien ministre de 60 ans a été rejetée par Washington DC, car n’étant pas « indépendante ».

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé jeudi 4 juin qu’une nouvelle enquête indépendante serait menée sur des faits présumés de mauvaise gouvernance de son président, le Nigérian Akinwumi Adesina. La nouvelle enquête vise surtout à confirmer ou infirmer les conclusions d’une précédente enquête interne qui avait blanchi l’homme de 60 ans de tout soupçon.

A la tête de la BAD depuis 2015, l’économiste est accusé depuis quelques mois par des lanceurs d’alerte de faire preuve de favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians. On lui reproche également d’avoir nommé ou promu des personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraude ou de corruption, ou encore de leur avoir accordé de confortables indemnités de départ sans les sanctionner.

Ayant toujours rejeté ces accusations, l’ancien ministre de l’Agriculture du Nigeria de 2011 à 2015 a été disculpé par une enquête menée par le Comité d’éthique interne de la BAD, présidé par l’administrateur japonais Takuji Yano. Cependant au mois de mai, un communiqué du gouvernement des Etats-Unis par le biais de Steve Mnuchin son secrétaire d’Etat au Trésor, a annoncé que Washington DC rejette les conclusions de cette enquête, réclamant les « services d’un enquêteur extérieur indépendant de haut niveau professionnel ». « Nous craignons que le rejet massif de toutes les allégations sans enquêtes appropriées ne ternisse la réputation de cette institution comme ne respectant pas des normes élevées d’éthique et de gouvernance. Il s’agit d’un risque sérieux lorsque nous voulons que la BAD joue un rôle influent dans la crise économique et sanitaire mondiale actuelle », a indiqué le secrétaire d’Etat américain.

Cette position avait entraîné des tensions entre les autorités américaines et le gouvernement nigérian, dont le président Muhammadu Buhari avait publiquement fait part de son soutien à Akinwumi Adesina, à l’instar de plusieurs autres pays du continent. Pour rappel, les États-Unis détiennent 6,5 % des actions de la BAD, la plus importante part après le Nigeria qui en détenait 9,1 % en novembre 2019. Cette annonce intervient moins de deux mois avant l’élection du nouveau président de la BAD, un poste que Akinwumi Adesina a annoncé vouloir briguer une nouvelle fois. Dans son nouveau communiqué, l’institution a indiqué que la nouvelle enquête indépendante « devra être menée par une personne neutre, intègre, de haut calibre, ayant une expérience incontestable et une réputation internationale avérée, dans un délai de deux à quatre semaines maximums, en tenant compte du calendrier électoral ».

Ecofin

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine