Entretien téléphonique entre le président Tebboune et son homologue français Macron

Entretien téléphonique entre le président Tebboune et son homologue français Macron

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune s’est entretenu, ce mardi 2 juin 2020, par téléphone avec son homologue français, Emmanuel Macron.

L’entretien téléphonique entre les deux chefs d’Etat a porté sur la pandémie du covid-19, la situation au Sahel et en Libye ainsi que la relance e la coopération bilatérale dans tous les domaines, selon un communiqué de l’Elysée, la présidence de la République française.

« Dans l’esprit d’amitié, de coopération et de respect mutuel de leur souveraineté qui anime les relations entre la France et l’Algérie, ils ont notamment exprimé leur solidarité face à la pandémie de Covid19, fait le point sur la situation au Sahel et en Libye et affirmé leur volonté de travailler ensemble pour la stabilité et la sécurité dans la région », lit-on dans un communiqué de l’Elysée.

« Comme suite à leurs précédents échanges, ils sont également convenus d’œuvrer à une relation sereine et à une relance ambitieuse de la coopération bilatérale dans tous les domaines », conclut le communiqué.

Cet entretien entre les deux chefs d’Etat intervient une semaine après le rappel mercredi dernier de l’Algérie de son ambassadeur à Paris suite à la diffusion de documentaires sur le mouvement populaires Hirak » par des chaînes de télévisions françaises, notamment, France 5 et la chaîne parlementaire LCP.

Pour rappel, la diffusion de ces documentaires sur le Hirak par les chaînes françaises a été qualifiée par Alger d' »attaques contre le peuple algérien et ses institutions ». « Le caractère récurrent de programmes diffusés par des chaînes de télévision publiques françaises, dont les derniers en date sur France 5 et la Chaîne Parlementaire, le 26 mai 2020, en apparence spontanés et sous le prétexte de la liberté d’expression, sont en fait des attaques contre le peuple Algérien et ses institutions, dont l’ANP et sa composante, la digne héritière de l’Armée de libération nationale (ALN) », avait indiqué le ministère des affaires étrangères dans un communiqué.

« Cet activisme où l’inimitié le dispute à la rancœur, dévoile les intentions malveillantes et durables de certains milieux qui ne souhaitent pas l’avènement de relations apaisées entre l’Algérie et la France, après 58 ans d’indépendance, et ce dans le respect mutuel et l’équilibre des intérêts qui ne sauraient faire l’objet de concession ou de marchandage », avait ajouté le communiqué.

MDI