L’Algérie compte sur la nouvelle loi pour relancer sa production des hydrocarbures

L’Algérie compte sur la nouvelle loi pour relancer sa production des hydrocarbures

La nouvelle loi sur les hydrocarbures a été conçue pour améliorer l’attractivité des investissements en amont de l’Algérie après que quatre précédents appels d’offres en amont tenus depuis 2008 aient été considérés comme des déceptions, avec très peu de nouvelles licences d’exploitation accordées, a affirmé le directeur de l’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (Alnaft), Noureddine Daoudi, dans un entretien accordé au site spécialisé S&P Global Platts, publié hier vendredi.

M. Daoudi a indiqué que dans la nouvelle loi du pays sur les hydrocarbures, il y avait beaucoup plus de flexibilité quant à la façon dont de nouvelles opportunités en amont peuvent être offertes aux partenaires existants ou nouveaux.

« La nouvelle loi sur les hydrocarbures est flexible à ce sujet. Elle nous permet de lancer des appels d’offres pour promouvoir des actifs potentiels E&P, tandis que la consultation directe est également une autre possibilité permettant des partenariats dans l’exploration et le développement de champs », a-t-il déclaré.

« Une autre façon d’obtenir un contrat d’hydrocarbures en Algérie est de réaliser des travaux de prospection sur une zone spécifique. Ensuite, si une perspective d’hydrocarbures est identifiée, l’entreprise peut soumettre un plan de recherche pour conclure un contrat d’hydrocarbures », a-t-il expliqué.

« La nouvelle loi vise à assouplir les conditions de réalisation des activités en amont et à améliorer la rentabilité des projets », a déclaré Daoudi, ajoutant que la législation algérienne sur les recettes avait été réduite.

« Cela montre que l’Algérie est disposée à créer un environnement pour l’investissement et le renforcement des partenariats », a-t-il déclaré, tout en se disant « convaincu que cela contribuera à ramener les investissements étrangers en Algérie dans le secteur de l’exploration et de la production de pétrole et de gaz ».

La nouvelle loi, a déclaré Daoudi, comporte « de nombreuses incitations » et prévoit un nouveau cadre contractuel et un régime fiscal beaucoup plus simple conformément aux normes internationales de l’industrie.

Daoudi a déclaré qu’Alnaft prévoyait de lancer un premier appel d’offres dans le cadre de la nouvelle loi « dans une perspective à moyen terme ». Alnaft a également organisé des réunions avec un certain nombre d’acteurs internationaux en février et mars pour expliquer et clarifier le nouveau cadre juridique et fiscal.

Daoudi a déclaré que toutes les entreprises étaient les bienvenues, des majors aux petits acteurs. « Nous voulons non seulement renforcer et développer nos activités avec des partenaires traditionnels, mais également avec de nouvelles sociétés pétrolières et gazières qui souhaitent investir en Algérie », a-t-il déclaré.

« Nous souhaitons attirer toutes les entreprises, en particulier celles possédant un savoir-faire et une expertise de haute technologie », a-t-il déclaré, ajoutant que le nouveau cadre pour les hydrocarbures en tenait compte en proposant trois types adaptés de contrats d’hydrocarbures: les contrats de participation; contrats de partage de production; et les contrats de services à risques. « De nombreuses opportunités sont offertes aux sociétés pétrolières, qu’il s’agisse d’une grande ou d’une petite entreprise », a-t-il déclaré.

Interrogé sur les perspectives de gaz de schiste en Algérie, M. Daoudi a indiqué que « pour l’instant, l’action de l’Algérie vise à évaluer le potentiel et à acquérir des connaissances sur les techniques et méthodes d’exploration, dans le strict respect de l’environnement ».

Il a déclaré que l’Algérie possédait les troisièmes plus grandes réserves de gaz de schiste au monde, « mais nous avons encore besoin de connaître le véritable potentiel souterrain ». « des études sont menées afin d’évaluer le potentiel », a-t-il dit, ajoutant que les développements de gaz de schiste étaient un objectif à plus long terme.

Daoudi a déclaré qu’une première étude à grande échelle était en cours pour évaluer le potentiel en place dans sept bassins du Sahara algérien. « Les résultats préliminaires de cette étude sont encourageants », a-t-il déclaré.

« Il est fondamental de faire une estimation de ce que nous pourrions produire et des moyens à mobiliser », a-t-il déclaré, notamment en surveillant les nouvelles technologies pouvant être utilisées pour le développement des champs et le forage de puits.

Il a déclaré que le domaine national d’extraction d’hydrocarbures – à terre et en mer – couvrait plus de 1,6 million de kilomètres carrés, avec des zones inexplorées représentant 56% du total.

« Il existe encore d’énormes quantités de réserves d’hydrocarbures conventionnelles prouvées qui doivent être extraites de nombreux champs en cours d’exploitation, en particulier ceux qui sont matures et nécessitent une technologie pétrolière améliorée », a-t-il déclaré.

MDI School