Une société publique sera créée prochainement pour financer les start-up

Tebboune annonce la création d'un ministère dédié aux start-up

Une société publique de capital investissement impliquant les banques publiques sera créée prochainement pour financer les projets de start-up, rapporte le site de la radio nationale.

C’est ce qu’a annoncé, mercredi à Alger, le directeur général du Trésor Public, Fayçal Tadinit, devant la commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN).

« Nous avons récemment créé un fonds de capital investissement avec la participation des banques publiques et l’Agence Nationale de Promotion et de Développement des Parcs Technologiques pour former une société de financement des start-ups », a précisé M. Tadinit.

Selon la même source, cette information a fait suite à un questionnement de membres de la commission autour du texte du PLFC 2020 permettant aux sociétés de capitalisation d’acquérir plus de 49% de parts d’une start-up. A ce propos, le DG du Trésor public a indiqué que ceci a été décidé dans le but de soutenir le financement des start-ups, principal écueil de développement de ces entreprises naissantes à fort potentiel.

« Sur les sociétés de capital investissement, la loi de 2006 limitait la participation de ces sociétés dans les projets économiques à 49%. Mais désormais, nous avons fait une exception pour les start up car elles ne peuvent pas toujours se financer auprès des banques », a-t-il expliqué.

Interrogé sur le financement du déficit, M. Tadinit a fait savoir que le Trésor travaille avec la Banque d’Algérie pour trouver des solutions innovantes par rapport à celles utilisées par le passé, tout en écartant l’option du financement non conventionnel.

« La Banque centrale travaille notamment sur le rachat de dette publique et sur l’amélioration des conditions de refinancement afin d’injecter dans l’économie la quantité de liquidités nécessaires », a-t-il expliqué, assurant que des études approfondies sont en cours.

Le DG du Trésor Public a rappelé que le PLFC 2020 intervient dans un contexte difficile sur tous les plans au moment où l’Algérie s’est engagée dans des réformes de son économie et de sa politique budgétaire. « Pendant de longues années, le budget constituait le principal financier de l’économie, un rôle qu’il ne peut plus jouer », a-t-il dit.

Fayçal Tadinit a indiqué que le challenge actuel du gouvernement est de faire de la consolidation budgétaires pour rationaliser la dépense et la pénurie de recettes tout en maintenant un certain niveau de financement de l’économie, notamment via le budget d’équipement pour maintenir le niveau de croissance.

MDI School