Révision de la Constitution : Vers la constitutionnalisation des interventions militaires à l’étranger

Révision de la Constitution : Vers la constitutionnalisation des interventions militaires à l’étranger

La mouture de l’avant projet de révision de la Constitution, dévoilée jeudi par la présidence de la République, comprend une série de propositions, dont la constitutionnalisation de l’intervention de l’Armée nationale populaire (ANP) hors des frontières du pays pour participer aux efforts de maintien de la Paix aux niveaux régional et international.

Les propositions de révision de la Constitution contenus dans la mouture tournent autour de six axes : « Droits fondamentaux et libertés publiques », « Renforcement de la séparation et de l’équilibre des pouvoirs », »Indépendance de la justice », « La Cour constitutionnelle », « Transparence, prévention et lutte contre la corruption », « L’Autorité nationale indépendante des élections » et enfin, un chapitre intitulé « propositions hors axes ».

Dans ce dernier chapitre, il est proposé la « constitutionnalisation de la participation de l’Algérie à des opérations de maintien de la paix sous les auspices des Nations Unies » et la « constitutionnalisation de la participation de l’Algérie à la restauration de la paix dans la région dans le cadre d’accords bilatéraux de pays concernés. »

Cependant, la Présidence de la République a précisé que la mouture est « un simple projet de texte appelé à être modifié et soumis à tout ajout ou suppression ».

Cette proposition de faire engager l’ANP hors du pays est sûrement motivée par les conflits entourant le pays, notamment au Mali et la Libye, pour participer aux efforts de restauration de la Paix au niveau de la région devenue ces dernières années une véritable poudrière.

Mais, ce qu’il ne faut pas oublier, ce sont les coûts financier et humain d’un tel engagement de l’armée nationale en dehors des frontières, surtout en cette situation de crise financière que subit l’économie du pays depuis 2014, année de la chute drastique des prix du pétrole. Une crise qui devrait durer au moins à moyen terme, en raison de la volatilité des cours du pétrole qui sont tombés le mois d’avril dernier à leur plus bas niveau en raison de la pandémie du coronavirus.

Historique des conflits auxquels à participé l’armée algérienne

Il convient de rappeler que l’Algérie a déjà participé par le passé à de nombreux conflits régionaux hors des frontières du pays à partir des années 1970.

En effet, L’armée algérienne a participé aux deux guerres israëlo-arabes et à la guerre d’attrition. Elle a envoyé des troupes pour le maintien de la paix sous bannière de l’ONU au Cambodge et en République Démocratique du Congo.

Selon le site spécialisé « Mena Défense« , « en 1973, cet épisode est moins connu, l’armée de l’air algérienne avait déployé un escadron de Mig 21 à Benghazi en Libye pour permettre de protéger l’espace aérien libyen contre les incursions américaines, qui avaient succédé à l’expulsion de leurs troupes de la base aérienne de Wheelus. La marine algérienne avait déployé des patrouilleurs lance missiles OSA et un dragueur de mines. Quelques années plus tard la marine algérienne envoi des patrouilleurs en Mauritanie en proie à une guerre de la pêche avec l’Espagne ».

La même source a rappelé qu' »en 1976, 400 hommes de l’ANP ont été dépêchés aux cotés des troupes syriennes au Liban pour faire cesser la guerre civile. Le terrible siège de Tell Zaatar de l’armée syrienne contre les forces progressistes et l’OLP, amène Boumediene à désengager l’ANP puis à accuser Damas d’agression (1) ».

« A partir de 1975 l’Algérie avait engagé son armée dans un conflit de basse intensité contre le Maroc après la « Marche verte » en octobre 1975 et l’invasion, d’abord par des civils ensuite par l’armée marocaine, du Sahara Occidental. Les deux batailles d’Amgala, qui ont eu lieu à l’intérieur du territoire sahraoui en sont une preuve », rappelle encore Mena Défense.