Education : Dr Bekkat Berkani propose de repousser la rentrée à septembre

Education: L’Unpef appelle à une journée de protestation ce mercredi

Le docteur Mohamed Bekat Berkani, membre de la Commission scientifique installée au ministère de la Santé pour suivre l’évolution de la pandémie du coronavirus en Algérie, a estimé lundi que la reprise du fonctionnement des cycles scolaires, en cette période crise sanitaire n’est pas une bonne idée.

S’exprimant dans l’émission l’Invité de la rédaction de la chaîne 3 de la radio algérienne, Dr Bekkat Berkani a proposé, pour plus de sécurité pour les enfants, tout comme pour leur entourage, de repousser la rentrée du mois à septembre prochain.

La grande priorité pour lui, reste, à sauver le bon déroulement des examens de fin d’année pour les cycles supérieurs, « gage de la continuité des études ».

Amené à formuler son avis à propos des mesures de déconfinement partiel décidées par les autorités, ce praticien a relevé que ces dernières ont été rendues nécessaires, en raison, dit-il, de la situation de « détresse » des concitoyens confrontés à des difficultés économiques, « sous conditions de gestes barrières contre cette crise sanitaire « toujours patente ».

Jugeant que personne ne possède le bon « mode d’emploi » pour assurer la réussite d’un déconfinement sécurisé et éviter, ainsi, une nouvelle vague de la maladie, « plus meurtrière que la précédente », le Dr Bekat Berkani a estimé que les citoyens doivent se faire à l’idée que la pandémie « n’est pas derrière nous » et que des décès de personnes affectées continuent à être constatés.

Relevant la conduite des algériens face à cette crise sanitaire, il a noté qu’il en existe beaucoup parmi eux qui continuent à ne pas s’équiper de masques de protection, et à se bousculer, les uns aux autres aux entrées des magasins.

Par ailleurs, a observé le Dr Berkani Bekkat, la pandémie à laquelle est confrontée la planète, « que nous n’aurions pas pu éviter », incite à revoir globalement « notre système de santé agonisant ». Il a rappelé que celle-ci (la pandémie, ndlr) a provoqué une « panique considérable », particulièrement quand il a été constaté que  » nos hôpitaux étaient dans un état déplorable ».

Il a appelé à revoir fondamentalement les mécanismes de fonctionnement du système de santé publique, en le dotant notamment du personnel humain qualifiéset de matériels de soins performants.

MDI School