Arkab : Un partenariat entre Sonatrach et Sonelgaz pour la réalisation de 4000 MW en énergies renouvelables

Factures d'électricité élevées : Les explications du ministre de l’Energie

Le ministre de l’énergie, Mohamed Arkab a révélé ce lundi sur les ondes de la radio Chaîne 1 l’existence d’un partenariat entre Sonatrach et Sonelgaz pour produire 4000 mégawatts d’électricité issus des énergies renouvelables.

Dans ce sens, le ministre a annoncé le lancement prochain de la production de 4.000 mégawatts en recourant aux énergies renouvelables à travers la réalisation de stations dont leurs capacités dépasseront pour la première fois 400 à 500 mégawatts.

Ces stations seront réalisées par le groupe Sonelgaz en partenariat avec le groupe Sonatrach à travers la société de production d’électricité.

Répondant à une question sur la transition énergétique, le ministre a déclaré qu’un groupe de travail, composé de représentants des ministères de l’Energie, de l’Enseignement supérieur et de l’Environnement, est en passe d’élaborer une étude pour établir, cette année, un nouveau modèle énergétique basé sur les énergies renouvelables, outre le développement des industries manufacturières et pétrochimiques.

Les prix du pétrole devraient rebondir à partir de mai avec l’entrée en vigueur de l’accord « OPEP+

Au sujet des prix du pétrole, Arkab a estimé qu’ils devraient rebondir à partir de mai avec l’entrée en vigueur de l’accord « OPEP+ » de réduction de la production et le début progressif du déconfinement dans de nombreux pays, à l’instar de la Chine, ce qui induira une hausse progressive de la demande mondiale sur les produits énergétiques.

Des études réalisées par des experts de l’OPEP+ prévoient des prix du pétrole oscillant entre 35 et 38 dollars le baril et pouvant atteindre jusqu’à 40 dollars au deuxième trimestre de l’année, a-t-il avancé.

Les prix peuvent atteindre les niveaux que nous avons connus durant le deuxième semestre de l’année passée et début de l’année en cours avant la propagation du COVID-19, lesquels prix étaient entre 50 et 60 dollars, a-t-il dit.

Arkab a rappelé que la baisse des prix du pétrole était due à la baisse de la demande mondiale en raison de l’épidémie de Coronavirus et à l’échec de la réunion de mars, qui n’a pas pu réduire la production, ce qui a provoqué un effondrement sans précédent des cours.

Le ministre a ajouté que cela a conduit les pays de l’Opep et non Opep à prendre des décisions qu’il a qualifiées d' »historiques », notamment, la réduction de la production de 23% pour chaque pays.

Arkab a indiqué que le prix actuel du baril de pétrole algérien se situe à 14 dollars, précisant que le coût de production a baissé à 5 dollars dans le champs de Hassi Messaoud.

Le ministre de l’énergie a appelé par ailleurs à éviter la diffusion de fausses informations et de se rapprocher du ministère de l’énergie et Sonatrach avoir les bonnes informations en toute transparence.

Sonatrach continue sa production 

Le ministre a assuré que Sonatrach continuait sa production et qu’elle n’était pas endettée et disposait de ses propres moyens de production et d’une importante flotte maritime, ce qui la préserve des répercussions de la crise de la chute des cours.

M. Arkab a rappelé, dans ce cadre, les mesures préventives prises lors de la réunion du Conseil des ministres le 8 mars, au lendemain de l’échec de la réunion de l’Opep+ pour un accord sur la réduction de la production. Il avait été décidé, à ce propos, de réduire les dépenses de fonctionnement et d’investissement du secteur de l’énergie (Sonatrach et Sonelgaz) de 8,3 milliards de dollars pour cette année, a fait savoir le ministre, relevant que ces dépenses ne seront pas annulées mais reportées jusqu’à redressement des prix et recouvrement des recettes.

MDI School