Coronavirus : Quelles leçons retenir ?

France : Des traces de covid-19 découvertes dans le réseau d’eau non potable à Paris

Rien ne sera plus comme avant, désormais, il y’ a un avant coronavirus et un après, c’est du moins ce que renseigne la première période de l’application du confinement. Au delà de l’élan de solidarité qui a gagné toutes les sphères de la société, il y a lieu de constater que par la force d’un concours de circonstances, toutes les voies de sortie de la crise multidimensionnelle, proposées avant l’apparition de l’épidémie, ont laissé place à une force d’adaptation de la part du gouvernement, qui risque pour l’instant de lui conférer une chance de contrebalancer les effets d’un début de règne mitigé et critiqué.

Sur le terrain les actions et les mesures prises par le gouvernement Djerad pour répondre aux attentes et inquiétudes de milliers d’opérateurs économiques, qui se sont retrouvés dans l’obligation de réduire leurs effectifs, ou de mettre carrément la clé sous le paillasson, se résument à reporter leurs échéances de crédits, et d’annuler les pénalités de retard qui en découleront, et ce jusqu’au mois de septembre. Incluant ainsi , les crédits de consommation qui touchent les particuliers et notamment les salariés

D’autre part, le souci de maintenir un rythme de consommation à même de préserver la production nationale s’est imposé comme une évidence et contraint les autorités à faire une entorse aux règles de prudence, en permettant à certaines activités de reprendre. A cela s’ajoute les effets nouveaux de la découverte des vertus du télétravail, qui contre toute attente, révèlent un volume important d’alternatives et de solutions pour maintenir en vie certaines entreprises publiques et privées, qui jusque là n’avaient pas forcément eu l’ambition ou la clairvoyance d’expérimenter cette méthode.

C’est dire qu’en un laps de temps record, le pays est passé d’un mode de gouvernance en quête de consensus après une errance politique et constitutionnelle, à une mobilisation sur plusieurs fronts, impliquant toutes les franges de la société. Démontrant ainsi, des capacités insoupçonnables d’adaptation qui n’ont pas manqué de révéler des changements qui augurent l’émergence de nouveaux modes de gouvernance et de consommation et par conséquent de productivité.

C’est précisément autour de tous ses éléments induits par l’apparition de l’épidémie du coronavirus et notamment, que gravitent les ébauches des bases sur lesquelles reposera l’Algérie nouvelle. Du fait que le constat est on ne peut plus clair, a condition de savoir matérialiser ses élans de mobilisation et ses traitements, en dehors de la période de crise, pour en faire des modes de gestion. Cela se vérifie aisément à travers les mesures prises dans l’urgence, et qui ont eu le méritent de clore des dossiers longtemps laissés en instance, tel que le service civil pour les médecins, l’aide de 10 00 dinars pour les familles dans le besoin, et la révision de la grille des salaires des travailleurs du secteur de la santé , annoncées par le président de la république.

Par ailleurs, sur le plan économique, les mêmes réflexes semblent se profiler, a travers des principes de gestion qui s’articulent essentiellement autour l’impératif de préserver nos réserves de changes et agir sur la réduction de la facture d’importation, en encourageant la production nationale. Le temps de l‘importation superflue est révolu et désormais, il y’ des enseignements à tirer de la crise sanitaire autant que de la période de mauvaise gestion qui coûte au pays un immense retard.

D’avis d’experts, c’est sur le rattrapage de ce retard que dépit s’organiser les reformes profondes et la relance économique. Cela étant, la nouvelle république, ne se construit pas sans la contribution du peuple, qui a montré en ces temps durs, qu’il pouvait adapter son mode de consommation à la conjoncture. C’est avec la valorisation de tous ses acquis et l’éloignement des sentiers troubles qui ont de tout temps essayé d’ôter toutes chances à l’Algérie de reprendre le chemin du développement et de la démocratie, que se bâtira, l’après coronavirus

MDI School