Pr Raoult : « Il est possible que l’épidémie disparaisse d’ici quelques semaines »

Dans une nouvelle vidéo diffusée mardi, le professeur français, Didier Raoult a estimé que l’épidémie de coronavirus pourrait disparaître dans quelques semaines, soit à la fin du printemps.

« Ici (à Marseille, ndlr), l’épidémie est en train de disparaître progressivement. Au pic, on a eu jusqu’à 368 cas (positifs) nouveaux par jour, et actuellement on est plutôt dans la zone de 60 à 80 nouveaux cas par jour, donc il y a une diminution significative », a-t-il expliqué.

Il est « possible (…) que l’épidémie disparaisse au printemps, et que d’ici quelques semaines (à la fin du printemps, ndlr), il n’y ait plus de cas pour des raisons qui sont extrêmement étranges, mais qu’on a l’habitude de voir pour la plupart des maladies virales respiratoires, je crois que c’est assez banal », a assuré le patron de l’IHU Mediterranée Infection.

Révélant quelques résultats du traitement hydroxychloroquine/azithromycine qu’il prescrit à ses patients pour lutter contre le Covid-19, le Pr Raoult a indiqué : « On est très content. On a testé 32 083 patients et 4296 étaient positifs. 2628 personnes ont été traitées par notre protocole, et on compte 10 morts. On confirme donc qu’on a pour l’instant une mortalité inférieure à 0,5%, ce qui est un des résultats ou le résultat le plus spectaculaire actuellement au monde », a-t-il détaillé.

Par ailleurs, le professeur français s’est montré sceptique quant au traitement du Covid-19 avec le remdesivir.

Dans sa nouvelle vidéo, Pr Raoult a démonté une étude sur le remdesivir publiée dans le New England. Le traitement au remdesivir a été développé par le laboratoire Gilead et salué par l’OMS.

« C’est un défi à toute méthodologie. Pour la première fois on ose publier une étude où il n’y a pas de comparatif, ni historique, ni géographique. On ne compare ce traitement à rien (…) La seule chose que l’on note, c’est qu’il y a une toxicité considérable, avec 60% d’effets secondaires, ce qui veut dire que ce médicament ne peut pas être utilisé en dehors des patients qui ont une forme très grave. Et on sait que les patients dans un état grave n’ont presque pas ou n’ont plus de virus », a-t-il expliqué.

MDI School