Covid-19 : Les compagnies aériennes africaines ont perdu 4,4 Mds $

L’aviation dans la région MENA

« Les compagnies aériennes africaines avaient perdu 4,4 milliards de dollars de revenus au 11 mars 2020 », en raison du coronavirus, a indiqué jeudi dernier l’Association du transport aérien international (IATA), dans un communiqué publié sur son site officiel.

L’IATA a précisé que « les réservations internationales en Afrique ont baissé d’environ 20% en mars et avril, les réservations domestiques ont baissé d’environ 15% en mars et de 25% en avril, selon les dernières données et que les remboursements de billets ont augmenté de 75% en 2020 par rapport à la même période en 2019 (01 février – 11 mars) ».

« L’ampleur de la crise actuelle de l’industrie est bien pire et beaucoup plus répandue que le 11 septembre, le SRAS ou la crise financière mondiale de 2008. De nombreuses liaisons ont été suspendues en Afrique et au Moyen-Orient et les compagnies aériennes ont vu la demande chuter de 60% par rapport aux liaisons restantes. Des millions d’emplois sont en jeu »,  Alexandre de Juniac, directeur général et chef de la direction de l’IATA.

Avec des réserves de liquidités moyennes d’environ deux mois dans la région, les compagnies aériennes sont confrontées à une crise de liquidité et existentielle. Des mesures de soutien sont nécessaires de toute urgence. À l’échelle mondiale, l’IATA estime qu’une aide d’urgence pouvant atteindre 200 milliards de dollars est nécessaire.

La contribution économique de l’industrie du transport aérien en Afrique est estimée à 55,8 milliards de dollars, soutenant 6,2 millions d’emplois et contribuant à 2,6% du PIB. Au Moyen-Orient, la contribution économique du transport aérien est estimée à 130 milliards de dollars, soutenant 2,4 millions d’emplois et contribuant à 4,4% du PIB.

En se basant sur e scénario de « propagation étendue » publié le 5 mars, l’IATA donne des estimations des possibles pertes de plusieurs compagnies aériennes en Afrique et dans la région MENA. A noter que l’Algérie, plus précisément Air Algérie, ne figure pas dans ces estimations. L’Association ne donne aucun détail sur l’absence de la compagnie nationale dans ses estimations.

Selon le scénario de « propagation étendue », les perturbations attribuables au coronavirus pourraient entraîner des pertes de 6,3 millions de passagers et un manque à gagner de 1 milliard $ US en Égypte. Les perturbations du trafic aérien pourraient mettre à risque environ 138 000 emplois au pays.

Les Pertes estimées par l’IATA

En se fiant au même scénario, les perturbations associées au coronavirus pourraient entraîner des pertes de 4,9 millions de passagers et un manque à gagner de 728 millions $ au Maroc. Les perturbations du trafic aérien pourraient mettre à risque plus de 225 000 emplois au pays.

Les perturbations attribuables au coronavirus pourraient entraîner des pertes de 2,2 millions de passagers et un manque à gagner de 297 millions $ en Tunisie.

Le Qatar pourrait entraîner des pertes de 2,3 millions de passagers et un manque à gagner de 746 millions $ au Qatar. Les perturbations du trafic aérien pourraient mettre à risque environ 33 200 emplois au pays.

Les perturbations associées au coronavirus pourraient entraîner des pertes de 15,7 millions de passagers et un manque à gagner de 3,1 milliards $ en Arabie saoudite.

Émirats arabes unis pourraient enregistrer des pertes de 13,6 millions de passagers et un manque à gagner de 2,8 milliards $ aux Émirats arabes unis. Les perturbations du trafic aérien pourraient mettre à risque plus de 163 000 emplois au pays.

Les compagnies aériennes sud africaines restent de loin de pays africain le plus exposé. En effet, selon le même scénario établi par l’IATA, les perturbations associées au coronavirus pourraient entraîner des pertes de 6 millions de passagers et un manque à gagner de 1,2 milliard $ en Afrique du Sud.

Au Nigéria, les pertes dues au coronavirus pourraient atteindre 170 millions $ au Nigéria. Ces perturbations pourraient mettre à risque plus de 22 200 emplois au pays. Si la situation s’aggrave, les pertes pourraient s’élever à environ 2,2 millions de passagers et 434 millions $ de recettes.

MDI School