HomeActualitéNationalBenbouzid : "L'Algérie n'a pas encore atteint le degré de danger"

Benbouzid : « L’Algérie n’a pas encore atteint le degré de danger »

Le ministre de la santé, le professeur, Abderahmane Benbouzid a emboîté le pas au discours rassurant du président de la République, et il a estimé a propos de la propagation du virus Corona que : «L’Algérie n’a pas encore atteint le degré du danger, comme c’est le cas dans certains pays européens.»

Benbouzid a considère que «la situation est maîtrisée», grâce notamment aux «mesures préventives anticipées prise par le gouvernement» a rapporté l’agence de presse APS.

S’agissant des chiffres liés aux dispositifs de préparations pour faire face à l’épidémie du Covid-19, le ministre de la santé a revu à la hausse les détails qu’il a donné en début de semaine à la radio affirmant que le pays dispose de 2500 appareils de respiration artificielle, soit 2699 lits de réanimation et 2500 autres appareils anesthésiant et de respiration artificielle, outre 220 cliniques privés disposant de 3 à 4 lits de réanimation, soit un total de 6000 lits de réanimation.

 S’expliquant davantage, à propos de ce décalage des chiffres, le ministre a souligné la nécessité de ne pas faire l’amalgame entre la capacité théorique des services de réanimation repartis à travers le territoire national dans « des circonstances normales », estimée à 400 lits et la possibilité d’augmenter ces capacités à 6000 lits de réanimation, comme le prétendent certains réseaux sociaux et certains médias qui diffusent « de fausses informations sans aucun fondement. » Selon lui, il s’agit essentiellement des équipements et non pas du nombre de lits, car l’Algérie dispose du nombre nécessaire d’appareils de respiration artificielle et d’oxygène.

Concernant la mise en quarantaine, le ministre a expliqué que cette mesure consiste à isoler les cas confirmés dans les différents services d’isolement jusqu’a la guérison,. Il faut savoir que sur les 86 cas confirmés, 32 s’en sont sortis guéris grâce à la résistance du corps au virus. 15 % des cas sont plus au moins compliqués et moins grave que les 5% qui nécessitent la réanimation et la mise sous respiration artificielle.

Affirmant que la situation est sous contrôle, M. Benbouzid a fait savoir qu’une opération était en cours pour l’acquisition d’une centaine de respirateurs artificiels en tant que mesure de prévention à même de renforcer les capacités des services de réanimation.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine