HomeBanques-FinancesCoronavirus : Les bourses s’écroulent en Asie et en Europe

Coronavirus : Les bourses s’écroulent en Asie et en Europe

Après la chute subite par les marchés boursiers en Asie, où toutes les bourses ont fermé en rouge, le même cas est constaté sur les marchés boursiers en Europe le lundi 16 mars à leurs ouverture sous l’effet de la propagation continue du virus Corona. Le geste de la banque centrale américaine FED de baisser son taux directeur n’a pas rassuré pour l’instant les marchés.

Treize valeurs du Cac 40 étaient réservées à la baisse à l’ouverture, faussant ainsi la variation de l’indice parisien, qui chutait de 9,63% à 3.738,15 points vers 9h35 après que toutes les composantes soient en mesure de coter. Douze d’entre elles cèdent plus de 10%, c’est notamment le cas d’Accor, Airbus, Capgemini, Crédit Agricole, Peugeot, Renault, Safran, Société Générale, STMicroelectronics, TechnipFMC, Unibail-Rodamco-Westfield et Vinci. A noter enfin, qu’Engie est à son plus bas historique. Hors indice phare, Air France_KLM chute de 19%, tandis qu’ADP lâche 16%. L’opérateur aéroportuaire a annoncé avoir abandonné son objectif d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) pour 2020.

La Bourse de Londres plonge à l’ouverture (-5,78 %). L’indice FTSE-100 des principales valeurs dégringolait de 5,78 % 5 056,03 points à 09h21. «La FED panique, les marchés dégringolent à nouveau», remarque Neil Wilson, analyste de Markets.com.

La Bourse de Francfort plonge (-5,04%) sous les 9 000 points pour la première fois depuis 2016. Le Dax à la Bourse de Francfort, déstabilisé par l’épidémie du coronavirus, reculait de 5% dans les premiers échanges lundi. Le MDax des valeurs moyennes était en baisse de 4,37% à 19 371,34 points.

La Bourse de Madrid plonge de plus de 8% à l’ouverture. L’indice vedette Ibex-35 atteignait les 6 075 points peu avant 9h30 (- 8,37%), perdant environ 30% depuis le 1er janvier. La Bourse de Milan plonge de plus de 6% dans les premiers échanges. Vers 09h45, l’indice perdait 6,20% à 14 951,09 points. Vendredi il avait gagné 7,12%.

En Asie, toutes les places boursières ont clôturé dans le rouge, de l’Australie à la Chine, en passant par l’Inde. La FED sort l’artillerie lourde.

Le S&P/ASX 200 en Australie a chuté de 9,7% pour clôturer à tout juste 5.002 points, La faute, notamment, au compartiment financier, lourdement pondéré dans l’indice, qui a perdu plus de 11%.

L’indice Hang Seng de Hong Kong perdait 3,44% dans l’après-midi, l’indice composite de Shanghai reculait d’environ 2,4% tandis que celui composite de Shenzhen lâchait 3,56%. Au Japon, le Nikkei 225 a clôturé en repli de 2,46% et le Topix de 2,01%. Le scénario est malheureusement identique en Corée du Sud, en Inde et partout…

La crainte du coronavirus pousse les banques centrales à dégainer l’artillerie lourde. Et cette fois-ci, l’expression n’est pas galvaudée. Après avoir abaissé par surprise d’un demi-point son principal taux directeur le 4 mars, la Réserve fédérale américaine, tentant de contenir l’hémorragie, ramenant la fourchette de celui des FED funds entre 0% et 0,25%. Les effets du coronavirus pèseront sur l’activité économique à court terme et posent des risques sur les perspectives économiques.

Parallèlement, la FED a annoncé une action coordonnée avec cinq autres grandes banques centrales, à savoir la Banque centrale européenne (BCE), la Banque du Japon (BoJ), la Banque d’Angleterre (BoE), la Banque du Canada et la Banque nationale suisse (BNS).

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine