HomeActualitéNationalMostaganem : Le détenu Oussama Tifour condamné à un an de prison...

Mostaganem : Le détenu Oussama Tifour condamné à un an de prison ferme

Le tribunal de Mostaganem a prononcé lundi 9 mars 2020 la peine d’un (1) de prison ferme contre le détenu Oussama Tifour, rapporte le Comité national pour la libération des détenus (CNLD).

« Le verdict est tombé sur le procès de Oussama Tifour (détenu): condamné à un an de prison ferme », écrit le CNLD sur sa page Facebook.

Plusieurs procès reportés

Plusieurs procès de manifestants prévus aujourd’hui dans différents tribunaux du pays ont été renvoyés à des dates ultérieures.

Ainsi, à Tipaza, le tribunal de Cherchell a renvoyé au 30 Mars le procès de Anouar Rahmani, Mohamed Zouaoui, Amine Esselami et Kais Ould Amar.

A Bordj Bou Arreridj, le tribunal a renvoyé au 16 mars le procès en appel de Laalami Chems Eddine dit Brahim. Il est accusé de « destruction de bien publics avec d’autres manifestants. »

Le CNLD rappelle que « le 16 Mars aussi la chambre d’accusation de Bordj Bou Arreridj va statuer sur la suite réservée quant à la libération de Laalami Brahim. »

A Sidi Bel Abbes, le procès de Hichem Boussahla a été renvoyé au 30 Mars.
Il est accusé d' »outrage à corps constitué et atteinte à la personne du président de la République (publications Facebook). »

Saeddedine Youcef Islam et Zohir Houari condamnés à 4 ans de prison ferme

A Alger, dimanche, le tribunal de Sidi Mhamed a condamné Saeddedine Youcef Islam et Zohir Houari à 4 ans de prison ferme. Les deux jeunes sont poursuivis dans l’affaire du policier précipité du toit d’un fourgon à la Grande-Poste alors qu’il aspergeait les manifestants de gaz lacrymogène en plein mois de ramadan.

Toujours dimanche à Alger et au tribunal de Sidi Mhamed, alors qu’une trentaine de manifestants arrêtés lors de la marche du samedi au centre ville de la capitale ont été relâchés, le journaliste Khaled Drareni, le militant Samir Benlarbi, l’ancien policier Toufik Hassaini et Lyes Hamitouche ont été maintenus en garde à vue après leur comparution devant le procureur près le même tribunal. Ils ont été représentés aujourd’hui devant le même tribunal qui a décidé de prolonger leur garde à vue jusqu’à mardi pour être représentés.

Yasmine Si Hadj Mohand libérée

En outre, la jeune Yasmine Si Hadj Mohand a été condamné à deux mois de prison avec sursis par le même tribunal. Elle a quitté la prison d’El Harrach hier soir où elle a été placée en détention provisoire depuis 15 jours après son arrestation à la marche du 53e vendredi à Alger coïncidant avec la célébration du premier anniversaire du mouvement populaire « Hirak ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine