Achaïbou : « Bouchouareb m’a demandé 15 milliards de centimes »

Achaïbou :

Le procès en appel du montage automobile se poursuit aujourd’hui pour le quatrième jour consécutif à la Cours d’ Alger. Le juge a interrogé le concessionnaire automobile, Abderrahmane Achaïbou, et celui de  Emin Auto.

Questionné par le juge, Achaïbou a indiqué qu’il a 42 ans d’expérience dans le domaine, et malgré cela il a été méprisé par l’ancien ministre de l’industrie qui est en fuite, Abdessalem Bouchouareb. «Il m’a demandé 15 milliards de centimes pour régler mon dossier.» a-t-il déclaré au juge.

« Mes sociétés d’importations et d’installations ont été gelées, le Premier ministre Sallal m’a avoué qu’il n’était pas en mesure de faire face à Bouchouareb, il a dit « Lah Ghaleb, je ne peux rien faire à Bouchouareb» a-t-il indiqué. Tout ça lui a coûté des pertes estimées à 40 milliards de centimes.» A-t-il ajouté.

Le plus étonnant selon Achaïbou, c’est qu’on ne lui a même pas répondu pour sa demande, ni avec un refus ni avec une acceptation, « Je n’ai pas trouvé où aller ». Poursuivant ses accusation envers Bouchouareb, il a indiqué que c’est lui qui l’a bloqué depuis son arrivée en 2014.

« Lorsqu’ils ont établi le cahier des charges en 2016, ils l’ont envoyé pour tout le monde sauf à nous, le seul ministre qui nous a répondu c’était Sellal, mais il n’a pu rien faire » a t-il fait savoir.

« Nous avons créé la société ISSUZU, avec 10 milliards de centimes, et nous avons attendu 2 ans. Ils nous ont signifié que notre dossier était complet mais Bouchouareb refuse de donner les décisions. » Selon lui, Bouchouareb a géré le secrétariat comme si c’était sa propriété privée.

Son frère, Abdelhamid a aussi, accusé Bouchouareb de lui enlever la marque KIA pour l’offrir à Hassan Larbaoui à Batna. « Ce n’est que plus tard que Amine Tira nous a reçu pour nous rassurer que notre dossier sera accepté. »

MDI School