HomeLa uneChitour s'explique sur sa déclaration : "Mes propos ont été déviés de...

Chitour s’explique sur sa déclaration : « Mes propos ont été déviés de leur sens »

Le ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique a réagi mardi à la polémique suscitée par ses propos sur le niveau des enseignants universitaires. Le Professeur Chitour s’est exprimé lundi lors de la présentation du projet de loi d’orientation sur la recherche scientifique devant les membres du Conseil de la nation

Dans un communiqué rendu public, le ministre Chitour a affirmé que ses propos ont été déviés de leur sens sur les réseaux sociaux et que les propos qu’on lui a attribué sur les enseignants sans complètement faux.

« Ce que j’ai dit était au sujet de l’encadrement pédagogique des enseignants au niveau de certains établissements universitaires. J’ai déclaré que l’encadrement des enseignants du supérieur (enseignant, enseignant-conférencier) est quasiment inexistant au niveau de certains établissements (c’est-à-dire zéro) », a précisé le ministre de l’enseignement supérieur.

« En ma qualité d’enseignant, je ne pourrai jamais tenir des propos tels que ceux relayés », a assuré Chitour, affirmant que « l’enseignant universitaire, tous grades confondus, demeurera pour le secteur (de l’enseignement supérieur, ndlr), l’axe principal sur lequel on compte pour l’avancement de l’université et construire celle de demain. »

Réagissant au propos du ministre de l’enseignement supérieur, le Conseil national des enseignants du supérieur (CNES), dans un communiqué rendu public et signé par son coordinateur national, Abdelhafid Milat, a annoncé le dépôt d’une plainte contre le ministre Chitour.

Le CNES a qualifié les propos tenus par le ministre de l’enseignement supérieur d’ « irresponsables » et d’ « humiliants » pour les enseignants universitaires et que de tels propos n’ont jamais été tenus auparavant par aucun responsable au niveau national et international.

Le CNES a appelé ses branches syndicales au niveau de toutes les universités du pays à tenir des réunions urgentes avant la fin de la semaine en cours et ce en préparation à la réunion urgente du conseil national du CNES prévue le lundi 9 mars 2020 au niveau du siège du syndicat à Ben Aknoun à Alger. Durant la même journée, une action  de protestation sera organisée devant le ministère de l’enseignement supérieur et une grève nationale sera annoncée dont la nature sera décidée par le CN.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine