Les quatre enjeux de Sonatrach

Le nouveau Président-directeur général du Groupe Sonatrach, Toufik Hakkar a présenté, jeudi à Alger, les grandes lignes du plan d’action du Groupe. Ce dernier a affirmé l’engagement de Sonatrach à s’acquitter de son rôle de « leader économique » visant à créer une valeur ajoutée et à contribuer à la diversification de l’économie.

S’exprimant à l’occasion de son installation à la tête de Sonatrach, M. Hakkar, cité par l’agence officielle, a indiqué : « La première mission de Sonatrach est de satisfaire les besoins du marché national et de contribuer au développement socio-économique du pays, et c’est pourquoi la responsabilité du groupe s’avère à la fois grande et sensible, impliquant un renouvellement constant de notre capacité en faveur de la communauté nationale, aussi bien à travers la mise à niveau, la valorisation et la prise en charge constante de la ressource humaine, à travers le renouvellement de nos réserves d’hydrocarbures, en recul d’année en année. »

La valorisation des ressources humaines

Le premier enjeu concerne la ressource humaine à travers sa valorisation ainsi que la consolidation des relations et la facilitation de la communication au sein de la compagnie. Cela concernera aussi la valorisation des talents, la promotion et le développement du système de formation, a-t-il souligné.

Faire du groupe une référence internationale

Le deuxième enjeu défini par M. Hakkar consiste à ériger le groupe en pôle d’excellence au niveau local et en leader à l’international, pour qu’il soit « une référence international en matière des hydrocarbures.

Il s’agit aussi, de s’engager à promouvoir le rôle de leader de Sonatrach à travers la contribution de ses ressources et ses talents à la création d’une valeur ajoutée et à la construction d’une économie diversifiée. A commencer par la promotion des activités du Groupe et le renforcement de ses chaines industrielles en aval et en amont.

Il est également question de valoriser ses ressources à travers la vulgarisation et le développement des industries pétrochimiques et manufacturières ».

Élargissement des périmètres de prospection

Le troisième enjeu, concerne l’élargissement des périmètres de prospection et d’exploitation et la multiplication de ses opérations à travers l’ensemble de l’espace géographique national avec tout ce qu’il renferme comme gisements énergétiques Offshore et Onshore.

Ces facteurs réunis permettront de « réévaluer et de revoir nos réserves prouvées et de les augmenter, voire les multiplier », a-t-il fait savoir.

Évoquant la nouvelle loi sur les hydrocarbures, M. Hakkar a estimé que ce cadre constitutionnel est cohérent et complémentaire car prévoyant l’attractivité requise et créant une valeur ajoutée. Il a aussi souligné : « Il est temps de valoriser notre espace minier national, d’autant que nous œuvrerons en toute obligation sous le contrôle et l’accompagnement de l’autorité de l’Etat consistant en les institutions et les instances dont la place a été renforcée par la nouvelle loi ».

Honorer les engagements de Sonatrach envers le marché national

Quant au quatrième enjeu, il consiste à honorer les engagements de Sonatrach envers le marché national pour répondre à ses besoins croissants « sans négliger les engagements pris avec les clients étrangers afin de les approvisionner conformément aux contrats conclus et ce dans l’objectif de préserver nos marchés traditionnels au niveau international notamment en ce qui concerne le gaz naturel et l’accès à de nouveaux marchés. »

« Ce défi, implique un effort colossal et doit être soutenu par une action constante et précise pour la réduction des coûts de la production et de l’exploitation. Sans oublier l’élaboration des plans de développement de qualité devant réduire les coûts de réalisation et les délais », a-t-il précisé.

La Sonatrach œuvrera, avec efficacité et détermination, à assurer des produits et des matières extraites à partir du brut à valeur ajoutée et supérieure permettant de limiter  leur l’importation, à même de garantir au pays des ressources importantes en devise et de créer un tissu industriel national développé.

Parcours du nouveau PDG de Sonatrach

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune avait nommé, mercredi, M. Hakkar à la tête de la Sonatrach en remplacement de M. Kamel Eddine Chikhi.

Âgé de 49 ans, M. Hakkar avait occupé plusieurs postes importants dans le secteur des hydrocarbures notamment celui de vice-président Business Développement et Marketing de cette entreprise.

Il a travaillé durant son parcours professionnel dans plusieurs domaines qui lui ont permis d’acquérir un haut niveau expérience notamment en ce qui concerne les négociations pour la réalisation de projets industriels dans le domaine de la pétrochimie. Il a aussi apporté sa contribution dans l’élaboration du plan stratégique de la Sonatrach et des études techniques des projets d’investissement ainsi que la négociation des contrats et l’administration des litiges.

M. Hakkar avait une contribution à la présentation et l’explication de la nouvelle Loi sur les hydrocarbures adoptée, en novembre dernier, par les deux chambres du Parlement.

Titulaire d’un diplôme Master en économie de l’énergie et de l’environnement de l’Ecole Supérieure Enrico Mattei en Italie, M. Hakkar est diplômé également de l’Institut national des hydrocarbures et de la chimie (INHC) de Boumerdes et titulaire d’un diplôme d’ingénieur d’Etat, spécialité économie pétrolière.

MDI Alger