Deux journalistes en détention décident d’entamer une grève de la faim

Alger : 20 manifestants condamnés à de la prison ferme

Les journalistes Sofiane Merrakchi et Belkacem Djir en détention provisoire depuis plus de six mois, ont annoncé qu’ils vont entamer ce jeudi 20 janvier 2020 une grève de la faim jusqu’à ce qu’une date de procès soit fixée par les autorités judiciaires.

« Nous avons décidé d’entamer une grève de la faim car après notre arrestation et notre placement sous mandat de dépôt depuis plus de six mois, toutes les demandes de liberté provisoire formulées par nos avocats ont été rejetées », ont indiqué les deux journalistes dans une lettre commune rendue publique.

« Notre décision d’aller vers la grève de la faim est motivée par la souffrance que nous endurons ainsi que nos familles respectives à cause du gel de notre affaire, et de notre maintien à la prison d’El Harrach dans une aile d’isolement », ont ajouté Sofiane Merrakchi et Belkacem Djir.

Les deux journalistes ont expliqué que l’objectif de leur action est de rappeler aux autorités judiciaires leurs « exigences de libération » et de « programmation de leurs affaires dans les plus brefs délais ». Ils ont remercié au passage tous les confrères qui se sont solidarisés avec eux.

Il convient de rappeler que le Collectif des Journalistes algériens unis (JAU), a programmé deux rassemblements pour exiger la libération immédiate du journaliste Sofiane Merrakchi et la cessation des intimidations que subissent les professionnels des médias. Ces rassemblements sont prévus vendredi à 14h00 devant le cinéma Algeria à la rue Didouche Mourad et samedi à 10h00 devant la maison de la presse Tahar Djaout, à Alger.