Foncier industriel: Les transactions baissent de 9,2%

conditions d'octroi du foncier

L’agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (ANIREF) vient de rendre public sa note de conjoncture du foncier industriel pour l’exercice 2018. Cette dernière fait ressortir que durant l’année 2018 les conservations foncières des 46 wilayas ont enregistré 640 transactions. Ce volume des biens mutés est en diminution de 65 transactions par rapport à l’année 2017, ce qui donne une baisse 9.2%.

Malgré sa perte de 19 points de part relative (passant de 90% en 2017 à 71% en 2018) le mode de concession reste toujours dominant. En revanche, les cessions progressent de 94 transactions ; leur part passe ainsi de 8% à 23%.

Quant à la localisation des biens mutés, la mercuriale 2018 fait ressortir la prédominance de l’implantation des projets dans les zones d’activité : sur les 640 transactions observées 481 s’y situent soit un taux de 75%, qui est en augmentation de 17 points par rapport à l’année précédente. Il est à noter que la décision des pouvoirs publics à surseoir à toute nouvelle attribution du foncier dans les nouvelles zones industrielles en projet avant l’achèvement des travaux a fait baisser le nombre de transaction de 162 à 54 dans ce type de zone.

Selon la même note, à la lumière des résultats de la mercuriale 2018, le prix moyen national du foncier industriel affiche une progression de 22% par rapport à celui observé en 2017 ; en passant de 5 518 DA/M² à 6 730 DA/m². Toutefois, malgré cette augmentation, le mode de concession continue de modérer les prix. En effet, le prix moyen du foncier concédé par les opérateurs publics, exprimé en valeur vénale (hors abattements), égal à 5 769 DA/m², est inférieur à celui des cessions opérées par les privés qui est égale à 10 081 DA/m².

En outre, ajoute-t-on, il est constaté une quasi-stabilité du prix de la concession entre 2017 et 2018 avec 5 472 DA/m² et 5 769 DA/m² respectivement. A l’opposé, le prix de la cession a connu une progression remarquable de 63.4% en passant de 6 169 DA/m² à 10 081 DA/m². En examinant de près les données collectées, l’ANIREF fait remarquer que la wilaya d’Oran a enregistré 12 cessions avec un prix moyen de 43 667 DA/m² ; chose qui a tiré vers le haut les prix de la cession. Cette accentuation des cessions dans la région peut être expliquée par la demande induite par le développement de la sous-traitance aux alentours des projets de l’industrie mécanique installés récemment.

MDI School