48e vendredi: les manifestants déterminés à atteindre les objectifs du 22 février

Le Hirak ne renonce pas et se maintient comme les précédentes semaines. C’est ce qui a été prouvé par la forte mobilisation des citoyens durant ce vendredi du 17 janvier à Alger et et les autres régions du pays.

Après une matinée, caractérisée par plusieurs arrestations, et plusieurs barrages de gendarmerie, pour filtrer les gens, plusieurs dizaines de milliers de manifestants ont marché ce vendredi 17 janvier, à la capitale. C’est ainsi, le 48e vendredi consécutif dont lequel les manifestants sont sortis pour réclamer un changement profond dans le système de gouvernance politique en Algérie.

Les manifestants ont insisté sur la nécessite de poursuivre le mouvement populaire et ont affiché leur volonté d’aller jusqu’au bout jusqu’à l’obtention de la grande majorité des revendications du Hirak.

Les manifestants qui sont venu en force depuis Bab el Oued, ont donné un grand souffle à la mobilisation à Alger centre, ou plusieurs ruelles d’Alger ses ont remplies de manifestants. La rue Asla Houcine était noir du grand nombre des manifestants qui ont rejoins la grande poste, passant avant par le boulevard de Zighout Youcef.

Les doléances des manifestants ont porté notamment sur la libération des détenus d’opinion qui sont encore en prison, à ‘l’instar de Karim Tabbou, ou bien Fodil Boumala, et plusieurs dizaines d’autres, qui sont dans différents prisons du pays.

Les manifestants de ce 48e vendredi, ont aussi rappelé l’importance d’instaurer un Etat civil et non militaire. Ils ont aussi réclamé la libération des médias des pressions et l’indépendance de la justice.

A noté qu’un fort dispositif de la police est déployé sur les rues d’Alger centre et les entrées de la capitale dés la matinée.

MDI Alger