ONS: la moitié des commerçants touchés par des ruptures des stocks

Non respect des mesures préventives à Alger : plus de 4.900 commerces fermés

Près de la moitié des commerçants soit grossistes ou détaillant ont reconnus être confronté à des situations de rupture de stock  ces derniers mois de l’année, a révélé une enquête de l’Office national des statistiques (ONS).

Selon cette enquête, la pénurie a touché plus de la moitié des grossistes et plus de 44% des détaillants. Les secteurs les plus touchés par cette rupture de stock  sont ceux de l’agroalimentaire, de la matière première et demi-produits, la droguerie, quincaillerie, appareils électroménagers et parfumerie (DQAEMP), ainsi que des machines et matériels d’équipement.

Par ailleurs, près de 20% des détaillants enquêtés se plaignent de l’indisponibilité des produits et plus de 28% des grossistes de l’éloignement des sources d’approvisionnement de la matière première.

Toutefois, l’enquête indique que la majorité des détaillants et grossistes se sont approvisionnés auprès du secteur privé uniquement, notamment, ceux de la DQAEMP, des machines et matériels d’équipement et des textiles. Alors que, près de 25% se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, particulièrement, ceux de l’agroalimentaire, de las matières première et demi-produits.

Le taux de satisfaction des commandes en produits est supérieur à 50% par rapport aux besoins exprimés, selon la majorité des commerçants enquêtés, notamment ceux de la matière première et demi produits et ceux des combustibles et lubrifiants.

Par ailleurs, l’enquête a relevé que la plupart des commerçants est satisfaite de la qualité et du conditionnement du produit. En effet, de juillet à septembre derniers, la demande en produits fabriqués a reculé selon les grossistes, notamment ceux de la matière première et des demi-produits. En revanche, elle a augmenté selon les détaillants de l’agroalimentaire et des machines et matériel d’équipements.

Selon l’opinion de 28% des grossistes et près de 30% des détaillants, les prix de vente sont jugés « élevés » au 3è trimestre 2019 par rapport au trimestre précédent, notamment ceux des combustibles, de la DQAEMP et des textiles.

MDI School