Djamal Limane: « Nous souhaitons voir l’ensemble des acteurs du Hirak se réunir autour des Assises Nationales du 25 janvier »

Djamal Limane: « Nous souhaitons voir l'ensemble des acteurs du Hirak se réunir autour des Assises Nationales du 25 janvier »

Dans cet entretien, le chargé d’enseignement et membre du collectif Free Algeria, Djamal LIMANE, revient dans cet entretien sur l’initiative de la tenue des Assises Nationale de l’Alternative Démocratique prévues le 25 janvier et organisées par le Pacte de l’Alternative Démocratique (PAD). Il explique également les raisons qui ont mené le collectif Free Algeria à participer à cet événement.

Algérie-Eco : Vous avez salué dernièrement l’organisation des Assises nationales de la démocratie du 25 janvier, et vous avez annoncé par la même la participation de la fédération Free Algeria. Pouvez-vous nous en dire plus sur les raisons de cette participation ?

 MLimane : Après l’annonce de la tenue des Assises, FreeAlgeria a rendu public un communiqué en date du 06 janvier pour assurer son soutien entier à la démarche et se déclarer naturellement partie prenante des prochaines Assises qui se tiendront à Alger fin janvier.

Comme vous le savez, FreeAlgeria est une fédération de Collectifs d’Europe, des Etats Unis et des citoyens algériens du Canada (qui ne sont pas regroupés dans un collectif). Pour discuter de la forme de notre participation, nous avons tenu Dimanche passé, une vidéoconférence, à laquelle ont pris part les membres des différentes villes. Nos échanges ont porté sur un projet de charte qui reprendra l’ensemble des revendications du Hirak quant à la transition politique et celles plus spécifiques sur le rôle de la diaspora.

Au delà des personnes qui seront mandatées par FreeAlgeria pour participer aux Assises, nous demeurons persuader que devant ce système, le changement ne peut être réalisé que par un regroupement de toutes les forces démocratiques autour d’un dialogue transparent, où toutes les parties prenantes s’exprimeront au vu et au su de tous, de manière directe et sans aucune pression ou censure de quelque forme que ce soit.

Le président Tebboune a proposé la révision de la constitution projetant l’annulation de la loi interdisant aux binationaux l’accès aux hautes fonctions. Qu’en pensez-vous ?

Lors de sa première conférence de presse post-mascarade électorale, à la question d’une journaliste sur les Algériens de l’étranger, Tebboune s’est contenté de proposer un rapatriement gratuit en cas de décès !? Ce discours renseigne sur le décalage qui existe entre la conception de l’avenir par ce système et par le Peuple. Les Algériens de l’étranger ne disposent-ils pas, de leurs vivants, de compétences à mettre à disposition de leur pays pour asseoir une économie de la connaissance?

C’est pourquoi, débattre aujourd’hui du projet de changement de la Constitution est un non sens. L’expérience des changements de Constitution à la venue de chaque nouveau Président nous a montré les limites de cette méthode pour apporter le moindre changement! Et puis, pourquoi nommer des experts lorsqu’il suffit d’écouter les revendications des Algériens depuis le 22 février pour élaborer une Constitution digne d’une Algérie moderne?

Aujourd’hui, le message est clair, les Algériens sont déterminés et demeurent mobilisés pacifiquement jusqu’à ce que ses revendications soient complètement satisfaites. Le Peuple a compris que sa révolution de 1954 lui a été confisquée à l’été 1962, et les conséquences ont été très lourdes puisque il a perdu 57 ans, un temps suffisant pour parachever ses projets de développement, de progrès et de croissance.

Enfin, nous souhaitons voir l’ensemble des acteurs du Hirak se réunir autour des Assises Nationales de l’Alternative Démocratique, pour réussir ce rendez-vous avec l’histoire, et profiter ainsi de cette occasion pour lancer les jalons d’un large consensus autour d’un processus de concertation prélude de la Conférence Nationale du mois de février (date anniversaire de la première année du Hirak pacifique).

Depuis le 22 février 2019, date du lancement du Hirak, on note un grand intérêt de la diaspora algérienne dans la transition de son pays d’origine. Quel commentaire faites-vous dans ce sens?

Depuis le 22 février 2019, une révolution populaire pacifique et unique au monde est en marche en Algérie. Nous sommes devenus un modèle et un exemple pour les peuples en quête de démocratie et de justice sociale. Cette révolution fait renaître le rêve d’une Algérie meilleure.

L’histoire nous a montré à maintes reprises l’apport des Algériens de l’étranger dans les différentes luttes de notre pays. S’inscrivant dans cette logique historique, la diaspora algérienne, à travers ses rassemblements hebdomadaires dans les différentes villes d’Europe et d’Amérique, soutient et continue de soutenir le combat pacifique du Peuple Algérien pour l’édification d’un État de droit inclusif, fondé sur la justice, les droits et libertés individuels et collectifs, des institutions légitimes qui respectent la séparation des pouvoirs.

Dans ce sens, le groupe FreeAlgeria, qui est une fédération de Collectifs de la Diaspora Algérienne à travers le monde, est né pour coordonner nos actions visant à diffuser la voix des Algériens à travers le monde. FreeAlgeria participe également aux débats, apporte sa contribution aux problématiques nationales et partage ses réflexions sur la construction d’une société algérienne démocratique, unie et fière de son patrimoine historique et culturel.

En effet, je rappelle qu’en date du 19 novembre 2019, FreeAlgeria a lancé un Appel unifié aux acteurs du Hirak, aux animateurs du Pacte de l’Alternative Démocratique (PAD) et aux Dynamiques de la Société Civile (DSC) pour réunir toutes et tous ceux qui ont rejeté la mascarade électorale du 12 décembre 2019 et défendu une période de transition, pour l’organisation des Assises Nationales de l’Alternative Démocratique. L’Appel a été entendu et nous nous réjouissons de la tenue de ces dernières, à Alger, le 25 janvier 2020. Les Assises Nationales seront un espace de dialogue inclusif et l’occasion de créer le rapport de force nécessaire pour imposer le changement demandé par nos compatriotes.

MDI Alger