Mebtoul: « La situation économique est préoccupante : urgence de profondes réformes »

Mebtoul: « La situation économique est préoccupante : urgence de profondes réformes »

Il y a urgence de profondes réformes politiques et économiques et de profonds changements pour solutionner la crise politique et économique loin des replâtrages conjoncturels. C’est ce qu’estime le professeur des universités Abderrahmamne Mebtoul.

Pour lui, le constat  est amer: l’Algérie depuis l’indépendance politique est une économie fondamentalement rentière, le système financier, enjeu énorme de pouvoir, étant étroitement connecté à la production de la rente.

Toute augmentation ou baisse des cours des hydrocarbures avec les dérivés (98/97% des recettes en devises) ont eu des incidences à la fois économiques et politiques comme en témoigne les impacts politiques de la crise de la baisse du cours entre 1986/1990.

Selon lui, les dernières données des statistiques douanières de janvier 2020 n’incitent guère à l’euphorie, autant que la baisse d’environ de 25% du niveau des ventes de gaz ( 33% des recettes de Sonatrach) en direction de l’Europe en 2019, selon Bloomberg.

« Selon les hypothèses du LF 2020 qui prévoit une coupe sévère dans les dépenses d’équipements (-18 ,7%) et une légère baisse des dépenses de fonctionnement (1,2%), nous aurions fin 2020 un déficit du budget de -1.533,4 milliards de dinars -12,30 milliards de dollars (-7% du PIB) et un déficit du Trésor de -2.435,6 milliards de dinars -20,65 milliards de  dollars  (-11,4% du PIB), avec une dette publique de 8530 milliards de dinars -72,30 milliards de dollars-  soit 41,4% du PIB », précise-t-il.

En conclusion, MMebtoul dira que l’on devra éviter la sinistrose mais également l’autosatisfaction démagogique destructrice, l’Algérie possédant toutes les potentialités de sortie de crise, sous réserve d’une réelle volonté politique de profondes réformes structurelles. « On ne gère pas un pays comme une épicerie, mais en se projetant sur l’avenir dans un monde incertain et turbulent supposant des stratégies de veille d’adaptations perpétuelles.

L’on devra revoir le modèle de consommation énergétique dans le cadre d’une loi organique de la transition énergétique, le fonctionnement des institutions, l’actuelle politique économique qui conduit le pays droit au mur, dans le cadre d’une planification stratégique liant efficacité économique et la nécessaire cohésion sociale et surtout de la  résolution de la crise politique, sans laquelle aucun investisseur sérieux ne viendra », indique-t-il en poursuivant « Et la solution se trouve dans le dialogue productif avec des concessions réciproques entre le pouvoir, l’opposition et la majorité de la société civile représentative..

Aussi, les objectifs stratégiques du président de la république est de réunir tous les enfants de l’Algérie et de redonner confiance, en tenant compte de toutes les sensibilités par la culture de la tolérance afin d’en faire un pays émergent : l’Algérie en a les potentialités »

Colloque MDI