HomeActualitéNationalNacer Djabi "convaincu que la balle est toujours dans le camp du...

Nacer Djabi « convaincu que la balle est toujours dans le camp du Pouvoir »

« J’étais et je suis toujours convaincu que la balle est toujours dans le camp du Pouvoir, et qu’un grand effort attend ses hommes, ses institutions et sa culture politique, dans un parcours qui ne sera pas facile, l’Algérien le jugera à travers les pratiques réelles sur le terrain, pour retrouver une partie de la confiance perdue, au début de cette année qui J’espère que ce sera le début d’un nouveau départ pour l’Algérie et les Algériens ». C’est à travers ces propos que s’est exprimé le sociologue Nacer Djabi sur les colonnes d’El Qods El Arabi, sur ce qui attend l’Algérie comme défis en 2020.

Selon lui, « il est nécessaire de relire et d’évaluer, l’expérience que le mouvement a acquise jusqu’à présent pour passer à une nouvelle étape qualitative, en tenant compte des changements politiques, sans tomber dans le piège tendu pour le mouvement, qui tente de le convaincre qu’il a provoqué un blocage et rejeté le dialogue, après que le mouvement n’a pas réussi à produire un leadership et sa déviation Sur son chemin béni, un ou deux mois après son éclatement ».

« Alors que la réalité de la situation dit que celui qui a rejeté le dialogue jusqu’à présent est le système politique, avec divers arguments basés principalement sur la même culture politique, qu’il a historiquement suivie, dans laquelle il est habitué à traiter ce qui ressemble à un citoyen, et non pas le citoyen révélé par le mouvement populaire. Il a poursuivi sa même approche en exigeant un changement du système politique, qui s’est transformé en un danger pour la nation et l’État, au lieu de simplement changer les visages auxquels il était censé s’arrêter au cours de son premier mois et au début du deuxième au plus tard, après la démission de Bouteflika », écrit-il.

« Un système politique avec lequel une grande partie du cours que les événements de 2020 peuvent prendre politiquement dépend du type de réponse qu’il donnera à cette question. Est-il convaincu qu’il fait face à un autre peuple différent de ceux qui se sont révoltés contre lui le 22 février, et il exige l’exercice de sa citoyenneté pleine et entière, et il cherche des moyens de construire son État national sur de nouvelles bases, en s’appuyant sur ce moment historique représenté par le mouvement? Ou est-ce au contraire qu’il veut contourner ce moment et se jeter dessus, car de mauvais signes ont commencé à apparaître à l’occasion des 45 marches dans plus d’une ville de destination, selon une fausse lecture du moment politique », s’interroge Djabi.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine