« La justice continue de fonctionner avec le téléphone » (CNLD)

« La justice continue de fonctionner avec le téléphone » (CNLD)

« La justice continue de fonctionner avec le téléphone », a affirmé le coordinateur du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), Kaci Tansaout, dans un entretien publié ce mardi 24 décembre 2019, dans les colonnes d’El Watan.

Il a également exprimé son incompréhension de voir les procès des détenus sans cesse reporter, citant l’exemple du procès de Mustapha Bendjama, journaliste et rédacteur en chef du journal Le Provincial, édité à Annaba.

Le coordinateur du CNLD affirme que « la justice est toujours aux ordres » et que « rien n’a changé », soulignant au passage que le nombre des arrestations a augmenté depuis les élections du 12 décembre.

« Beaucoup de personnes sont quotidiennement convoquées par la justice pour entrave à la campagne électorale. Il n’y a aucun signe d’apaisement de la part du régime », a-t-il expliqué, et il en veut pour preuve, les demandes de libération provisoire rejetées de Karim Tabbou et de Fodil Boumala.

Interrogé sur les mesures d’apaisement réclamées par le hirak, notamment la libération des détenus politiques et d’opinion, M. Tansaout a souligné, dans le même entretien, que « durant la campagne électorale, il n’a pas soufflé mot sur le sort des détenus, à l’instar des autres candidats », rappelant que le nouveau président était « un produit du système », et qu’il a servi l’ancien président déchu Bouteflika pendant 20 ans.

Il a affirmé qu’on est dans la continuité du 5e mandat. « Tebboune a été désigné par Gaïd Salah et attend ses consignes pour se prononcer. S’il jouissait de ses prérogatives, il doit assumer ses pouvoirs et ses positions », a-t-il soutenu.

Questionné sur les conditions d’incarcération des détenus, le coordinateur du CNLD a affirmé qu’elles « sont  mauvaises dans l’établissement pénitencier d’El Harrach, de l’avis même de détenus », citant le témoignage de Messaoud Leftici, qui vient d’être libéré.

Colloque MDI