Le MSP avertit contre la reproduction d’un nouveau système « Bouteflikien »

Révision de la Constitution : Le MSP propose de

Le mouvement de la société et de la paix, (MSP), a averti le prochain pouvoir qui prendra les règnes du pays, contre la « reproduction d’un système Bouteflikien », soulignant que ce seront les mesures urgentes qui seront prises qui détermineront sa bonne volonté.

Si le MSP a considéré que le discours du nouveau président de la République, Abdelmadjid Tebboune,  était « rassembleur et contribue à réduire les tensions et à ouvrir les horizons du dialogue et du consensus », il a toutefois averti que « les Algériens ont déjà entendu des discours similaires et qui ont fini par des pratiques inverses sur le terrain ».

Dans un communiqué rendu public ce lundi, à l’issue d’une réunion de son bureau exécutif tenue hier, le MSP a considéré que « les élections du 12/12/2019 se sont déroulées dans des circonstances difficiles et sensibles, caractérisées par une nette division entre ceux qui ont rejeté et les partisans du scrutin, ce qui est une menace pour l’unité du peuple algérien ».

Le MSP met en garde contre le reproduction d’un système « Bouteflikien »

Le MSP a mis en garde le prochain système qui s’installera en Algérie contre « la reproduction d’un système Bouteflikien», l’appelant à abandonner les pratiques basées sur «l’hégémonie du pouvoir et les mentalités de domination et d’intimidation».

De ce fait, il a indiqué qu’il ne va pas « se précipiter, pour le jugement de l’avenir », mais, il sera « prudent » et « suivra les concrétisations réelles sur le terrain », et cela selon ses prérogatives en tant que parti politique.

Le Bureau national du MSP considère que ce sont les « mesures urgentes » qui seront prises prochainement qui détermineront la bonne volonté du prochain pouvoir, à savoir les « réformes constitutionnelles et juridiques » qui consistent « à protéger les libertés individuelles et collectives, à libérer les médias des pressions et des directives, à de garantir la pleine indépendance à la justice, à libérer les prisonniers d’opinion et les détenus du mouvement populaire et à lever les restrictions et les restrictions imposées à la société civile ».

Cette volonté se verra aussi dans la poursuite de « la lutte contre les réseaux de corruption financière qui ont commencé à se reconstruire dans les nouveaux équilibres, et la lutte continue contre la corruption sans discrimination et implacable, et en évitant les complots contre les opposants politiques pacifiques, des personnalités et de partis.

La poursuite du Hirak est la seule garantie 

Le MSP a  appelé par ailleurs,  à la poursuite du mouvement populaire, le considérant comme, la seule garantie pour la réussite du dialogue. Ce mouvement doit être protéger « partout  dans le pays, où les algériens veulent manifester , et de ne pas travailler pour l’arrêter, le pénétrer ou le dénaturer jusqu’à ce que l’ensemble du processus politique soit achevé de manière à corriger les erreurs, vérifier la transition démocratique effective et restaurer la pleine souveraineté du peuple algérien », a estimé le parti.

Le parti de Abderrazak Makri a également affirmé que l’Algérie a « encore besoin de l’initiative d’accord national  lancée par le MSP en juillet 2018 avec son développement conformément aux nouvelles transformations, ou toute initiative similaire de tout parti ou société civile, de manière à réaliser la réconciliation nationale et à préserver la dignité de tous et de ce qui mène à la réunification et créer un environnement politique rassurant pour tous ».

MDI School