Homela deux43e Vendredi : Le Hirak imperturbable malgré l'élection de Tebboune

43e Vendredi : Le Hirak imperturbable malgré l’élection de Tebboune

Au lendemain d’une présidentielle très largement boycottée par les Algériens, des centaines de milliers de manifestants  ont envahi, ce vendredi 13 décembre, le centre d’Alger et les rues dans plusieurs villes du pays pour dénoncer les résultats de ce scrutin contesté depuis l’annonce de son organisation.

A Alger, Tizi-Ouzou, Béjaïa, Bouira, Oran, Tlemcen, El Oued, Annaba, Blida, Biskra, Mostaganem, Jijel, Bordj Bou Arreridj, Bordj Menaiel (Boumerdes), Saida, Béchar … Des centaines de milliers de milliers de manifestants étaient dans les rues pour le 43e vendredi Hirak alors que parallèlement l’ANIE annonçait les résultats de l’élection présidentielle tenue jeudi. Malgré la tenue de ce scrutin, les manifestants ont maintenu la mobilisation et la pression à travers les wilayas, affirmant que « le vrai Hirak c’est maintenant qu’il commence ».

La mobilisation est restée intacte, et le Hirak demeure « imperturbable » malgré l’élection de Abdelmadjid Tebboune comme nouveau président de la République.


Abdelmadjid Tebboune, âgé de 74 ans, a été élu dès le premier tour de la présidentielle, avec 58,15 % des voix, selon l’Autorité nationale des élections (ANIE). Le scrutin a été marqué par une abstention record, seuls 39,93 % des inscrits ont voté, sur les plus de 24 millions d’électeurs que compte le corps électoral. En Kabylie (Tizi-Ouzou et Béjaïa et Bouira), le vote a été quasi nul et les bureaux de vote ont été tous fermés dès le début de l’opération de vote

« Le vote est truqué. Vos élections ne nous concernent pas et votre président ne nous gouvernera pas », scandaient les manifestants qui ont défilé à travers les rues de plusieurs villes du pays.

Election présidentielle : Abdelmadjid Tebboune, un président déjà affaibli#Alger #Algérie #Algeria #Politique #Hirak #Tebboune #الحراك_مستمرhttps://t.co/mkaaTBOhNv

— INTERLIGNES (@inter_lignes) December 13, 2019


A Alger, les manifestants algérois ont salué le mouvement de contestation qui a eu lieu en Kabylie, où le scrutin a été avorté. « Ô Kabyles, on est fiers de vous. A Tizi-Ouzou l’Etat est à genoux », scandaient les manifestants à Alger. Ils ont également affirmé qu’ils n’avaient pas voté. Un dispositif impressionnant a été déployé au centre ville de la capitale.


A Oran, la manifestation du 43e vendredi a été violemment réprimée par la police qui a opéré l’interpellation de près de 400 manifestant, selon la Ligue algérienne des droits humains (LADDH). Des arrestations de manifestants ont été également signalées à Saida. A Mostaganem, la marche a été également réprimée et des arrestations de manifestants ont été opérées.

Tebboune tend la main au Hirak
Lors de sa première conférence de presse à Alger depuis sa victoire, le président élu Abdelmadjid Tebboune a dit « tendre ma main au Hirak pour un dialogue afin de bâtir une Algérie nouvelle ».

« Je m’adresse directement au Hirak, que j’ai à maintes reprises qualifié de béni, pour lui tendre la main afin d’amorcer un dialogue sérieux au service de l’Algérie et seulement l’Algérie », a-t-il déclaré.

Le Hirak qui a permis l’émergence de plusieurs mécanismes, à l’instar de l’Autorité nationale indépendante des élections (ANIE) « a remis l’Algérie sur les rails de la légitimité, la préservant ainsi de l’aventurisme et des manœuvres qui ont failli torpillé le peuple algérien », promettant d’œuvrer à « rendre justice à toutes les victimes de la « Issaba » (bande criminelle) ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine