HomeActualité42e vendredi: le Hirak dit non à l'élection présidentielle

42e vendredi: le Hirak dit non à l’élection présidentielle

Forte mobilisation en ce 42e vendredi, qui est le dernier avant les présidentielles jeudi prochain, les Algériens ont investis en force les rues dans toutes les régions du pays, pour exprimer leur refus à la tenue de ce scrutin.

D’Annaba, passant par Batna, Tizi-Ouzou, la Capitale, Maghnia, Oran ou bine Tlemcen, les manifestants ont envahis les rues pour dire « non aux élections » et demandé le départ de tout les symboles du système.

A Msila, ils étaient des milliers à rejoindre les rues des villes, pour réclamer un grand changement politique dans le pays toute en signalant leur refus aux élections du 12 prochain. Dans la wilaya de Maghnia, c’est dans une ambiance festive et déterminante que la population est descendue dans la rue du chef lieu de la wilaya pour dire « non à élections présidentielle ».Constantine, c’est un déluge de personnes qui ont rejoint la rue, pour réclamer « un état civil et non militaire ».

Dans la wilaya de Batna, la foule était très grande a sillonné les rues du centre ville. Les manifestants ont dénoncé la corruption et levé des pancartes contre « l’Etat militaire» et ont souligné leurs refus à l’organisation de la prochaine élection faute des conditions adéquates pour sa transparence. Le même cas est constaté dans la wilaya de Jijel aussi. A Bordj Bou Arrarej, ils étaient des milliers a rejoindre cette dernière manifestations avant les élections pour dire non à la prochaine présidentielle.

En Kabylie c’était un déluge humain qui a envahi la rue des grandes villes de Bejaia et de Tizi-Ouzou. La Kabylie a exprimé d’une seule voix son refus à l’élection présidentielle et demande la libération des détenus d’opinion. c’est le cas aussi dans la wilaya de Bouira et Boumerdes.

Dans l’Ouest du pays, et exactement dans la ville d’Oran, les manifestants étaient très nombreux à rejoindre les manifestations, pour dénoncer la tenue des élections le jeudi prochain, mais aussi ont réclamé le départ des symboles de l’ancien système. Même ambiance dans la ville de Tlemcen, ou les manifestants ont réclamé l’indépendance du pays, en affichant leur détermination à poursuivre la mobilisation jusqu’à l’obtention des doléances de la révolution. Les rues de a ville de Ain Défla ont aussi connues les mêmes revendications par les citoyens qui sont descendus dans les rues.

 

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine