Boycott du procès du 02 décembre : Les explications de la défense

Boycott du procès : Les explications de la défense Ouyahia & co.

Me Abdelmadjid Sellini, membre du collectif de défense et bâtonnier d’Alger, a décidé de boycotter les audiences du procès des accusés dans l’affaires des usines de montage automobile, accusant la Justice d’aller dans ce procès vers des « règlements de comptes et de la vengeance ».

« Dans les conditions actuelles, caractérisées par le règlement des comptes et des vengeances, il n’est pas possible d’assister à un procès équitable, et le respect des droits, l’indépendance de la justice et des magistrats ne sont pas réunies dans ce procès », a déclaré Me Sellini à la presse après le report à mercredi du procès à Sidi M’hamed.

Poursuivant ses arguments, il a indiqué que le collectif des avocats « n’a pas d’orientation politique ». Tout ce que ils demandent, c’est une justice équitable or « nous avons vu des citoyens emprisonnés car ils ont manifesté, et on leur a imputé des accusations pénales qu’on n’a même pas utilisées lors de la période du terrorisme » dans ce tribunal, a-t-il ajouté. « Ce genre de pratiques ne sont pas justes », a-t-il insisté.

Dans ce sens, Maître Sellini a expliqué que « la Constitution indique que le Premier ministre doit être jugé par la haute cour or les a ramenés vers la basse cour », ce qui constitue une irrégularité.

L’orateur a regretté le fait que ce qu’il y avait ce matin dans le tribunal de Sidi M’hamed, selon sa pensée, sont « des bancs pour pendre les gens et non pas des bancs pour les accusées ». « Nous n’acceptons jamais la justice de téléphone et la justice politisée avec les échéances électorales », a encore souligné l’avocat de la défense.

Ainsi, il a estimé que « la justice ne sera correcte que lorsque les choses se stabilisent ». « C’est pour cela que nous avons décidé de boycotter les audiences et nous nous ne cautionnons pas ».

Bessa, Résidence la Pinède