HomeActualitéNationalLa datte algérienne à moins de 2,5 euros/kg, Djellab dit stop

La datte algérienne à moins de 2,5 euros/kg, Djellab dit stop

« Nous ne devons pas continuer à dévaloriser la qualité de la datte algérienne par rapport à celles des autres pays », a indiqué, lundi à Biskra, le ministre du Commerce, Saïd Djellab, cité par l’agence officielle.

Il a relevé que ce produit « symbole et de qualité ne doit en aucun cas atteindre les marchés étrangers à un prix inférieur à 2,5 euros le kilogramme », car, a-t-il dit, ceux qui l’exportent à un prix inférieur, comme l’indiquent certaines données, « privent la datte algérienne de sa valeur ajoutée » au moment où le marché mondial « se montre prometteur pour la datte algérienne vu sa qualité ».

Le ministre a mis l’accent sur l’importance de « donner une valeur ajoutée » à la datte algérienne au regard de sa « qualité supérieure. »

Said Djellab a expliqué que « cette valeur ajoutée s’obtient par la certification et la qualité de l’emballage permettant d’assurer une marge bénéficiaire à l’opérateur étranger devant commercialiser ce produit », a-t-il dit lors d’une conférence de presse conjointe avec les ministres de l’Agriculture et des Ressources en Eau, à l’occasion de l’ouverture de la 5ème édition du salon international des dattes qui se tient pendant trois jours à l’école régionale des sports olympiques de la capitale des Ziban.

De son côté, le ministre de l’Agriculture, Cherif Omari, a précisé que 40 % de la production nationale de dattes qui avoisine 12 millions de quintaux sont assurés par la wilaya de Biskra et se caractérise par « sa qualité supérieure ce qui facilite sa pénétration dans le marché mondial dans le cadre de la diversification des exportations. » Cherif Omari a insisté, à ce propos, sur l’organisation de diverses filières agricoles.

Dans une précédente déclaration, le ministre Said Djellab avait déploré le fait que Les dattes algériennes sont exportées vers des pays tiers où elles sont reconditionnées et revendues comme des produits nationaux par ces pays.

Lors d’une conférence de presse animée en marge de son inspection d’une exploitation agricole dans la commune de Meziraa, dans la wilaya de Biskra le 19 octobre dernier, Djellab a mis en exergue la nécessité d’organiser le secteur d’exportation et lutter contre la concurrence déloyale par l’identification des opérateurs et la limitation du phénomène d’exportation des dates algériennes par la voie de la contrebande.

Pour ce faire, le ministre a fait savoir qu’un nouveau système de contrôle sera créé en vue de faciliter l’exportation des dattes algériennes vers les marchés extérieurs. Il a souligné que ce système assurera le contrôle du produit à exporter sur les sites des unités de conditionnement agréés par les services du commerce, des douanes et de la santé pour protéger le produit et délivrer les certifications de conformité.

Ce nouveau mécanisme qui attestera de la conformité du produit aux normes d’exportation des services concernés permettra de transférer les cargaisons de dattes vers les ports et aéroports sans entrave aucune, a ajouté le ministre qui a insisté sur l’importance de la protection du produit national et de l’intensification des contrôles des douanes et services de sécurité pour empêcher la contrebande des dattes algériennes notamment de la variété Deglet Nour.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine