Mourad Amiri condamné à 6 mois de prison avec sursis pour « diffamation »

Le procès de Mourad Amiri reporté pour la troisième fois

Le juge près le tribunal de Sidi M’hamed a rendu son verdict dans l’affaire de Mourad Amiri, poursuivi par l’actuel ministre de l’Intérieur. Il a été condamné, ce dimanche 17 novembre, à six mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 20 000 DA, annonce le comité national pour la libération des détenus (CNLD) sur sa page Facebook.

Acquitté dans l’accusation « atteinte à corps constitué », Mourad Amiri a été condamné à 6 mois de prison avec sursis et une amende de 20.000 Da pour « diffamation », a affirmé le CNLD qui précise que  les « avocats de la défense feront appel demain, lundi 18 novembre ».

Mourad Amiri était cadre technicien principal des transmissions exerçant à la direction générale des télécommunications au ministère de l’intérieur. Il a été suspendu de ses fonctions le 7 juillet dernier par l’actuel ministre pour des publications jugées illégales sur sa page Facebook où il a lancé un appel à ses collègues pour s’impliquer dans le mouvement populaire.

Il convient de rappeler que le procureur de la République avait requis la semaine dernière six mois de prison ferme à l’encontre du militant Mourad Amiri dont son procès a été reporté à trois reprises par les avocats de la défense avait indiqué le comité national pour la libération des détenus  (CNLD).

Bessa, Résidence la Pinède