Zeghmati remet en cause la formation des magistrats

Zeghmati remet en cause la formation des magistrats

Le ministre de la Justice, Belkacem Zeghmati, a remis en cause, ce dimanche 10 novembre 2019, la formation des magistrats.

Exposant devant l’Assemblée nationale (APN) le projet de loi sur portant code de procédure pénale, Zeghmati, a relevé que, la formation des magistrats est une question « très sensible » et « insuffisante », ajoutant que, si elle n’est pas prise en charge sérieusement, « nous nous dirigerons vers l’inconnu ».

Le ministre s’est dit ne pas être de ceux qui privilégient le nombre de juges formés, mais, de ceux qui donnent de l’importance à la qualité de la formation. « Du temps où ils étaient formés à l’ENA (école nationale d’administration), il y avait 10 à 13 magistrats par section. L’Etat en formait des magistrats de qualité », a-t-il rappelé, déplorant le fait qu’aujourd’hui « on mise désormais sur le nombre ».

« Comment peut-on former en trois ans 416 magistrats ? ce qui est exagéré et rejeté », a indiqué le ministre. « Comment peut-on former ce grand nombre de magistrats en si peu de temps, et les envoyer dans les tribunaux pour trancher dans les affaires des citoyens et leurs biens? Je ne suis pas d’accord avec ça! », a-t-il dit.

MDI Alger

Zeghmati préfère qu’une affaire reste en Justice durant trois ans et bien jugée, au lieu de trois mois avec un jugement sans fondement.

Selon Zeghmati, c’est en raison de ses déclarations qu’il est accusé d’être contre les magistrats. « Quand je dis cela, on me taxe d’être contre les magistrats. C’est faux ! », a-t-il dit, ajoutant que « je suis avec la justice, avec les magistrats, mais avec la justice pour ce qu’elle est réellement ».
« Les gens nous insultent aujourd’hui en disant que ‘Notre justice n’est pas compétente’. Si je rejette catégoriquement ces accusations, il faut reconnaître tout de même que c’est nous qui avons prêté le flanc à cela », a-t-i conclu.

Bessa, Résidence la Pinède