Me Bouchachi : La présidentielle « ne conduira pas à solutionner la crise »

Me Bouchachi : La présidentielle
Mustapha Bouchachi, Militant des droits de l'Homme, Avocat

L’avocat et militant des droits de l’Homme, Me Mostefa Bouchachi a participé à la marche du 38e vendredi à Alger. Il a indiqué au micro de la chaîne « Berbère Télévision » que, normalement « le messages des millions d’Algériens qui ont marché le 1er novembre dernier était clair ». Pour lui, l’organisation de l’élection présidentielle du 12 décembre, rejetée par le peuple, ne conduira pas « à solutionner la crise ».

Selon Me Bouchachi, ces millions d’Algériens réclament la vraie démocratie et considèrent que ce genre d’élection (présidentielle du 12 décembre prochain) et la façon dont le pouvoir les organise « ne conduira à aucune démocratie » et ni « vers un vrai changement de système ».

« Aujourd’hui, je suis heureux de voir les Algériens sortir massivement. Il y a certains qui ont cru qu’après le 1er novembre, les citoyens vont lâcher prise. Mais, les citoyens n’ont pas lâché, ils sont patients et pacifiques, et leurs revendications sont simples et légitimes à savoir, de vraies élections’ et d’aller vers une démocratie véritable, qui fera revenir les centaines de milliers d’Algériens qui ont fui vers l’étranger à cause de la dictature, et que beaucoup d’Algériens qui sont en Algérie, vont aider leur pays s’ils sentent qu’on va vraiment vers une démocratie, pour sortir de la crise économique et politique  que vit le pays », a-t-il dit.

« Nous ne voulons pas de ce genre d’élection qui va recycler le système politique. C’est comme si rien n’a changé. Une révolution qui est à son 9e mois, pacifique, il n’y pas de vitrines brisées. Le monde entier témoigne de notre pacifisme. Tout le monde témoigne de la légitimité de nos revendications. Tout le monde y compris le système, reconnaît que, le peuple Algérien n’a jamais élu un président, issu de la volonté populaire, durant les 57 années de l’histoire de l’Algérie », a déclaré Me Bouchachi.

L’avocat a affirmé que « le président qui sera élu par le peuple sera fort et, permettra à l’Algérien de jouer son rôle sur le plan régional et international ». « Un président élu dans ces conditions, sera rejeté par le peuple et en manque de légitimité, va conduire à une situation d’instabilité interne, et aussi, rendra l’Algérie  faible sur le plan international. Si nous allons aux élections dans les conditions actuelles, le rôle de l’Algérie à ce niveau, deviendra insignifiant de plus en plus », a expliqué Me Bouchachi.

MDI Alger

« C’est pour cela que je fais des déclarations, en m’adressant aux gens bien-intentionnés dans ce pays. L’élection rejetée par le peuple ne conduira pas à solutionner la crise, et ne conduira pas à élever la voix de l’Algérie lors des rendez-vous internationaux », a-t-il insisté.

Bessa, Résidence la Pinède