38e vendredi : la mobilisation reste intacte à travers plusieurs wilayas

38e vendredi : la mobilisation reste intacte à travers plusieurs wilayas
Djidjel

Après une mobilisation exemplaire lors du premier novembre, les manifestants se mobilisent aujourd’hui encore pour la 37e fois, et cela malgré la pluie et le froid qui battent sur plusieurs villes du pays.

Munis de parapluie et de drapeaux, des hommes et des femmes ont défis le froid, en prenant part à la marche qui s’est tenue ce vendredi à la capitale ainsi que la majorité des villes de pays. Cette marche vient pour affirmer le grand retour de la mobilisation populaire notamment à l’approche des élections présidentielles prévues le 12 décembre prochain.

Les premiers personnes qui sont arrivées à la manifestation, ont vite répliqué pour le discours tenus hier par le chef d’Etat-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah, qui a accusé la « Bande » d’être derrière les slogans qui appellent à un «Etat civil et non pacifique».

A l’Est du pays, c’est sous un ciel dégagé que les manifestants sont sortis, pour manifester ce vendredi, et demander le changement politique profond dans le système politique. Les Annabis n’ont pas manqué de scandé leur refus aux élections et l’Etat militaire, appelant à l’indépendance du pays. La mobilisation était aussi au rendez-vous dans la ville de Constantine, ou des milliers de personnes sont sorties recercler le changement.

A Oued Souf  plusieurs centaines de personnes ont appelé au départ des anciennes figures de l’ancien système, et ont dénoncé les projets de loi sur les hydrocarbures et des finances.  A Bordj Bou Arrarej, les citoyens ont été très nombreux à sortir encore aujourd’hui, avec les mêmes revendications que tous les autres manifestants dans le pays, et c’est ce qui s’est passé aussi dans la wilaya de Blida ou les manifestants ont fortement appelé a l’instauration d’un Etat civil et non militaire.

En Kabylie, le froid des auteurs n’a pas empêché les manifestants de sortir au contraire, puisqu’ils étaient plusieurs milliers à rejoindre les centre villes de Tizi-Ouzou, et Bejaia, pour exiger encore le changement politique dans le pays d’exprimer leur refus de la tenues des élections présidentielles. Les manifestants ont observé une minute de silence pour rendre hommage aux victimes de l’attentat terroriste qui a causé la mort de trois militaire à Tipaza.

MDI Alger

Dans l’Ouest du pays, les villes d’Oran et de Sidi Bellabes et autres ont connues des manifestations populaire aussi. Les Oranais comme d’habitudes ont appelé à la libération des détenus du Hirak, et ont exprimé leurs rejet des élections présidentielles.

Bessa, Résidence la Pinède