Le Club des magistrats surpris par la décision « unilatérale » du SNM

Les magistrats entament leur deuxième semaine de grève

Le Club des magistrats (CDM) s’est dit surpris par la décision « unilatérale » du Syndicat national des magistrats (SNM) de mettre fin à la grève des juges, rapporte ce mercredi 6 novembre 2019 le site TSA.

Il estime que « l’accord conclu entre le syndicat et le ministère de la Justice a déçu de nombreux magistrats honorables », et a « choqué l’élite de la société algérienne » qui a exprimé sa sympathie pour un secteur qui a « longtemps été opprimé », suite aux événements « tragiques et horribles » qui se sont déroulés à l’intérieur de la Cour d’Oran », où des éléments de la gendarmerie nationale antiémeute se sont introduits, en usant de la force, pour déloger des magistrats grévistes.

Le Club des Magistrats a affirmé qu’ «il n’a pas été consulté » par le syndicat dans la décision de mettre fin à la grève, et que « son soutien au SNM a été en réponse à la demande de ce dernier ». Le Club a par ailleurs souligné que les revendications auxquelles a consenti la tutelle étaient « limitées ».

Rappelons qu’à la surprise générale le Syndicat national des Magistrats a décidé hier de mettre fin à la grève qui durait depuis une dizaine de jours, après avoir parvenu à un accord avec le ministère de tutelle. Le syndicat avait déjà engagé des pourparlers avec le ministère de la Justice, afin de désamorcer la situation et mettre fin à un bras de fer qui risquait de durcir.

Le Syndicat a rappelé dans un communiqué qu’une réunion s’est tenue à la Cour Suprême, avec la médiation du premier président de cette dernière. Il y a aussi la présence du président du syndicat des avocats, le président et deux membres du bureau exécutif du SNM, ainsi que le secrétaire général du ministère de la Justice.

MDI School