Rahabi : « Les magistrats se sont soulevés contre la domination du pouvoir exécutif sur la Justice »

Rahabi réagit au retrait du projet sur la déchéance de la nationalité
L’ancien ministre de la communication, Abdelaziz Rahabi, a apporté, ce lundi 28 octobre, son soutien à la grève des magistrats entamée depuis dimanche, pour protester, notamment, contre le mouvement annuel opéré par le ministère de la justice dans le corps des magistrats. Ces derniers revendiquent également la séparation des pouvoirs judiciaire et exécutif.
Dans une déclaration postée sur sa page Facebook, Rahabi estime que les magistrats se sont soulevés contre « l’hégémonie du pouvoir exécutif sur la Justice et sur leur parcours professionnel ».
« Les magistrats ont une opportunité unique pour trancher définitivement la problématique de la séparation entre le pouvoir judiciaire et le pouvoir exécutif ‘Bouteflikien’ qui a instrumentalisé la justice en politique pour garantir l’impunité aux corrompus », écrit l’ancien ministre.
 
Rahabi considère qu' »il est inconcevable que l’administration outrepasse l’autorité du Conseil supérieur de la magistrature et d’organiser le mouvement des magistrats qui touche la moitié des juges et ce à un mois et demi de l’élection du premier magistrat du pays, et sans tenir compte des circonstances liées aux familles et à la scolarité des enfants des magistrats ».
 
Rahabi appelle « les forces politiques à se solidariser avec les revendications légitimes des juges et valoriser leur disponibilité à dialoguer », car, selon lui, leur combat pour « l’indépendance du juge » déterminera « l’avenir de notre ambition collective de construire un État de droit ».

Journée portes ouvertes MDI Business School Alger