HomeActualitéNationalLa présidentielle du 12 décembre vue par l'éditorial du journal "Le Monde"

La présidentielle du 12 décembre vue par l’éditorial du journal « Le Monde »

L’élection présidentielle du 12 décembre prochain « risque d’aboutir à une élection vide de sens » et que « le nouvel élu sera fragilisé, rendant le pays ingouvernable », a estimé, ce mardi, le journal le Monde dans son Editorial consacré à la situation en Algérie marquée de puis huit mois de manifestations contre le système.

« L’élection présidentielle du 12 décembre aurait dû constituer l’aboutissement du processus démocratique. La façon dont le scrutin est organisé ne crée pas les conditions d’une transition réelle, légitime et transparente vers un accord politique global », lit-on dans l’Editorial du journal français.

Le journal estime que « la bureaucratie et les lobbys inféodés au pouvoir ont encore assez d’influence pour tenter de maintenir l’existant à rebours des revendications de la rue. Les vieux réflexes restent les mêmes, même si la pression populaire a obligé le système à adapter son discours. Mais, dans un climat de défiance généralisée vis-à-vis du pouvoir, celui-ci est devenu inaudible ».

« (…) Vouloir perpétuer un système qui a échoué et contre lequel les Algériens sont désormais vaccinés n’aboutira qu’à radicaliser le mécontentement », analyse Le Monde.

« Des allures de parodie démocratique »

Pour le journal français « l’élection qui se profile prend des allures de parodie démocratique, dans laquelle les ex-ministres du président sortant font mine de participer à une compétition qui n’a qu’un but : faire émerger une personnalité du sérail pour que rien ne change véritablement. »

« Tant que la presse subira des pressions permanentes pour diffuser la bonne parole du pouvoir, tant que des arrestations arbitraires et une justice d’exception perdureront, tant que le pouvoir actuel n’acceptera pas de laisser le processus électoral se dérouler librement, les conditions de la désignation d’un nouveau président légitime ne seront pas réunies », estime encore Le Monde.

L’Editorial explique que « ce qui fait la force de ce mouvement, c’est qu’il ne s’agit pas d’une révolte sociale ou catégorielle jetant dans la rue une partie des Algériens contre une autre », ajoutant qu' »il s’agit d’un élan qui mêle jeunes et vieux, classes populaires et plus aisées. Face à cette masse et à cette diversité, le pouvoir aura les plus grandes difficultés à jouer la division pour maintenir un statu quo illusoire ».

« Si les tenants du système imaginent qu’un retour à la situation ante est encore possible, ils se trompent lourdement. (…) A ce stade, le scrutin du 12 décembre n’est pas à la hauteur de cette aspiration et ne fera que compliquer la transition démocratique », conclut l’éditorial du Monde.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine