HomeActualitéNationalSuspension d'Al Magharibia par Eutelset : Soufiane Djilali confirme l'intervention des autorités...

Suspension d’Al Magharibia par Eutelset : Soufiane Djilali confirme l’intervention des autorités algériennes

Le président du parti Jil Jadid, Soufiane Djilali, est revenu, ce lundi, sur la suspension par Eutelsat de la chaîne Al Magharibia, affirmant que, les autorités algériennes ont intervenu dans cette affaire.

« J’ai pu m’entretenir personnellement avec les responsables d’AMG (Al Magharibia, ndlr). Les explications et les documents officiels démontrent sans aucun doute qu’une intervention du pouvoir Algérien auprès de Eutelsat, organisme relevant de l’UE, est à l’origine de son interdiction de diffusion », écrit Soufiane Djilali sur sa page Facebook.

Selon lui « cette procédure s’apparente à une dérive grave venant d’une institution sensée répondre exclusivement aux règles du droit de pays démocratiques. »

« Si le pouvoir algérien est cohérent avec sa logique et ses méthodes de gouvernance, Eutelsat a eu, dans ce cas, une attitude pour le moins douteuse », estime le président de Jil Jadid.

« AMG a été une chaîne engagée en faveur du changement politique en Algérie. Ses plateaux ont été généreusement ouverts aux partis et aux personnalités de l’opposition mais aussi aux membres du régime lorsqu’ils ont eu le courage d’y intervenir », note-t-il.

« Que l’on soit d’accord ou non avec la ligne éditoriale de cette chaîne tv, son interdiction s’inscrit dans le déni de la liberté d’expression », dénonce Soufiane Djilali.

« Jil Jadid, condamne ce fait accompli et espère que la Justice rétablira au plus vite AMG dans tous ses droits légaux », conclut-il.

https://www.facebook.com/236782799759590/posts/2230889727015544/

Pour rappel, la chaîne Al Magharibia a cessé d’émettre juste après le 34e mardi de la mobilisation des étudiants.

Dans un communiqué publié le lendemain, la chaîne privée émettant depuis Londres (Grande Bretagne) a affirmé que les autorités algériennes ont demandé à Eutelsat de la suspendre en raison de sa couverture des marches populaires et des événements en Algérie sans autorisation et accréditation.

Al Magharibia a précisé qu’elle n’avait ni bureaux ni correspondants en Algérie. Elle s’appuie en effet sur les « lives Facebook » diffusés en direct lors des marches par les manifestants.

La chaîne privée a précisé également qu’elle avait une autorisation des autorités britanniques pour l’exercice du journalisme et de la diffusion.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine