Le projet de loi sur les hydrocarbures sera-t-il ajourné ?

Loi sur les hydrocarbures : La protesta gronde devant l'APN

La forte mobilisation populaire de ce dimanche contre le projet de loi des hydrocarbures, hausse la pression sur les autorités qui devraient l’adopté aujourd’hui au Conseil des ministres.

Face à la pression de la rue, et les appels de plusieurs experts, et organisations de l’énergie, les autorités risquent d’aller vers l’ajournement de projet de loi qui lancera l’avenir des hydrocarbures dans une situation peu avantageuse pour le pays.

Ce matin, les manifestants étaient nombreux à se rassembler devant l’Assemblée populaire nationale, (APN) pour protester contre ce projet et cela malgré la forte chaleur qui a provoqué l’évanouissement de plusieurs manifestants, ajoutant à cela la forte présence policière.

Le même cas a été constaté dans plusieurs autres grande ville du pays, à l’instar, de Annaba, Constantine, El oued, Ouargla, Oran, Bejaia, Batna, Bordj Bou Arrerij, et Biskra, et bien d’autres.

Réactions des partis

Par ailleurs de leurs part, plusieurs, formations politiques et patronale, des spécialistes de l’énergie, ont appelé a l’ajournement de ce projet. Le parti de travailleurs PT, a dénoncé dans une communique ce projet de loi en avertissant que « le projet de loi sur les hydrocarbures et le projet de loi de finances 2020 sont dénoncés unanimement dans tout le pays ». «Non au bradage des hydrocarbures », a mentionné encore le PT.

Pour le Front d’EL Moustakbel, « seul le futur président élu a la légitimité nécessaire pour porter ce projet, le peuple n’est pas prêt à entrer dans le débat, d’autant qu’il a perdu toute confiance dans les partis politiques » a estimé son président hier depuis Hassi Messaoud.

De sa part, le président du FCE, Sami Agli a indiqué quant à lui que « le moment n’est pas adéquat pour l’étude ou l’adoption de ce projet sur les hydrocarbures.

Face à ses pressions, les responsables au sein du secteur de l’énergie, tentent d’argumenter pour l’opinion publique la nécessite de ce projet pour le future de la consommation d’énergie dans le pays. Face à cette situation, il est attendu à ce que le Conseil des ministres ajourne l’adoption de cette nouvelle loi à une période ultérieure, notamment dans la conjoncture actuelle ou il n’est pas de son intérêt de provoquer davantage l’effervescence sociale.

MDI School