Béjaia : La communauté chrétienne dénonce la fermeture des églises

Béjaia : La communauté chrétienne dénonce la fermeture des église

La communauté chrétienne, ont organisé, ce mercredi à Béjaïa, un rassemblement pour dénoncer la fermeture de ses lieux de culte (églises) par les autorités de la wilaya.

Munis de banderoles, des dizaines de citoyens de confession chrétienne, ont demandé au wali de béjaïa de cesser la fermeture des églises, l’application de l’article 42 de la Constitution stipulant que « la liberté de conscience et la liberté d’opinion sont inviolables. La liberté d’exercice du culte est garantie dans le respect de la loi. »

Tura aka di Bgayet tikli akked yibeddi n wegraw n yimasiḥiyen mgal n wumdal n tmezgiwin di tmurt n yiqbayliyen. En ce moment à #Begayet#Marche et rassemblement de la #communauté #cheritienne à #Béjàîà pour dénoncer la vague de fermeture de ses lieux de culte en #Kabylie

Publiée par TQ5 Media sur Mercredi 9 octobre 2019

Rappelons que, depuis le début de l’année, plusieurs églises ont été fermées par les autorités à Béjaïa et Tizi-Ouzou. Au total, six lieux de cultes chrétien appartenant à des communautés affiliées à l’église protestante d’Algérie, ont été fermés en Kabylie.

Il s’agit des lieux de culte des localités : d’Ighram, de Riquet et d’Aït Melikèche, et d’Ighzer Amokrane dans la wilaya de Béjaïa, ainsi que deux autres à Boudjima, dans la wilaya de Tizi Ouzou.

Ces mises sous scellé sont justifiées par les autorités par l’absence d’autorisation pour l’exercice de ces lieux de culte, alors que, les responsables de ces derniers, affirment avoir déposé des demandes d’autorisation depuis plusieurs années sans que des suites aient été données par les autorités.

Que dit la loi ?

En 2016, l’Assemblée populaire nationale (APN) a adopté une nouvelle Constitution qui affirme dans son article 42 que « la liberté d’exercice du culte est garantie dans le respect de la loi ».

Dans ce cadre, la loi de 2006 fixant les conditions et règles d’exercice des cultes autres que musulmans interdit tout exercice du culte dans des lieux non destinés à cet effet. Elle précise également que les édifices destinés à l’exercice du culte sont soumis au recensement par l’État qui assure leur protection.

MDI Alger

« L’exercice collectif du culte a lieu exclusivement dans des édifices destinés à cet effet, ouverts au public et identifiables de l’extérieur », dispose l’article 7 de la loi de 2006. Alors que l’article 8 de la même loi affirme que « les manifestations religieuses ont lieu dans des édifices, elles sont publiques et soumises à une déclaration préalable ».

Bessa, Résidence la Pinède