AccueilLa une33e marche des étudiants : Violente répression à Alger

33e marche des étudiants : Violente répression à Alger

- Advertisement -

La 33e marche de mobilisation des étudiants à Alger a été marqué par les violences policières à l’égard des étudiants qui manifestent pacifiquement contre le système.

La marche a début comme à l’accoutumée au niveau de la place des Martyrs.

The graduate Fair

Avant même le départ du cortège, plusieurs interpellations ont été effectuées par les policiers.

Les policiers fortement déployés à travers les rues empruntées habituellement par le cortège des étudiants et d’autres citoyens, ont tenté d’empêcher la marche en usant les matraques pour disperser les foules. Les personnes âgées n’ont pas échappées à la violence policière.

Un cordon de policiers a été formé au niveau du Square Port Said pour empêcher l’avancée des étudiants.

Des dizaines d’interpellations ont été opérées parmi les étudiants et les citoyens ayant rejoint la marche.

Après la vague de violences et d’arrestations, la marche s’est reformée et s’est densifiées au niveau de la rue Larbi Benmhidi.

Les étudiants et les citoyens ont du se disperser pour se rassembler au niveau de la Place l’Emir Abdelkader et au niveau de la rue Didouche Mourad ainsi que devant la fac centrale à Alger Centre. Malgré les violences policières, les manifestants ont poursuivi leur marche mais en rangs dispersés.

Les journalistes n’ont pas été épargnés. Un journaliste d’El Watan Benfodil Mustapha a été arrêté puis relâché, tandis que, le correspondant de la chaîne Russia Today Hamza Aggoune a été violenté par les policiers.

En dépit de la répression de leur marche, les étudiants et les autres citoyens, ont scandé des slogans hostiles au pouvoir. Tout en rejetant l’élection présidentielle du 12 décembre prochain, les manifestants ont scandé des slogans en faveur d' »un Etat civil et non militaire » et « pour une Algérie libre et démocratique ».

Le comité national pour la libération des détenus (CNLD) a fourni une première liste des étudiants et de citoyens embarqués par la police à Alger lors de la marche d’aujourd’hui.

Imad Eddine Bouibed, Massy Afraoucen, Aidali Yani, Guerrouaz Abdelkrim, Ahmed Kechida, Benmalek Kamel, Boudouari Mouhamed, un vieux Rezigue Mohamed, Taalbi Saber, Achouche Zahir, Lagraâ Bderahim.

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine