L’Arabie Saoudite nie toute ingérence dans les affaires internes de l’Algérie

Arabie Saoudite

L’ambassade d’Arabie saoudite en Alger a nié toute ingérence dans les affaires intérieures de l’Algérie. Dans un communiqué de presse publié hier, l’ambassade a exprimé « son profond regret pour ces rumeurs malveillantes, qui visent à saper les relations fraternelles entre l’Arabie saoudite et la République algérienne, qui durent depuis des décennies ».

La représentation diplomatique saoudienne a en effet insisté sur le « respect du Royaume pour la souveraineté de l’Algérie » et sur le principe de « non-ingérence dans ses affaires intérieures », réitérant « la volonté des dirigeants saoudiens de renforcer les liens et la coopération entre les deux pays, enracinée depuis la guerre de libération en Algérie, dont les Algériens et tous les peuples de la région sont fiers ».

Cette déclaration intervient après certains articles de presse, accusant l’ambassadeur saoudien en Algérie, Abdelaziz Ben Ibrahim Hamad El Omairini, d’avoir demandé aux autorités algériennes de libérer le journaliste de la chaîne de télévision « Al Arabiya ». Les forces de l’ordre avaient arrêté Abdelkader Kharbouche le vendredi dernier.

Pour sa part, le directeur du bureau de la chaîne « Al Arabiya » en Algérie, Raouf Herzallah, a démenti les informations rapportées par certains médias, expliquant ainsi au journal électronique « Djazairi » que « l’ambassadeur saoudien en Algérie n’a jamais pris contact » avec  lui.

« Il n’est jamais intervenu, directement ou indirectement, après l’arrestation du journaliste Kharbouche Harzallah. L’information qui a circulé est fausse et sans fondement. Il n’y a pas eu de discussion entre moi et l’ambassadeur et je ne l’ai pas rencontré. »

Par ailleurs, Herzallah a déclaré que « le journaliste Abdelkader Kharbouche a été arrêté et transféré au poste de police vendredi parce qu’il n’avait aucune documentation ».

MDI School