Snapo : Conférence nationale sur les psychotropes le 16 septembre

gestion technique des psychotropes

Le syndicat national des pharmaciens d’officines (Snapo) annonce l’organisation d’une conférence nationale sur les psychotropes et ce le 16 septembre à Alger.

Le Snapo rappelle dans un communiqué que l’actualité professionnelle a été particulièrement marquée cette année par les problèmes liés aux médicaments psychotropes. Les pharmaciens d’officine ont eu, à plusieurs reprises, à réagir pour exprimer leurs inquiétudes face aux difficultés qu’ils rencontrent dans la gestion de ces produits. Ils sont seuls habilités à détenir ces produits en vue de les dispenser aux patients, mais font face à de multiples problèmes : réglementaires, techniques, juridiques, et sécuritaires.

Face aux agressions quotidiennes, et même aux assassinats commis à l’intérieur même des officines, de nombreux pharmaciens se sentent désormais en réel danger. Le problème est également réglementaire, car les textes encadrant la gestion de ces produits ont besoin d’être réformés et étoffés.

Pour le Snapo, certes, la loi 04-18 est en cours de révision, un nouveau décret exécutif a été adopté par le gouvernement et est en voie de publication, et les tableaux portant classification des psychotropes ont été officiellement envoyés par le ministère de la santé à tous les ministères et institutions concernés en vue de leur exploitation. Mais les pharmaciens ne se sentent toujours pas en sécurité. Car au quotidien, la tâche du pharmacien s’avère extrêmement sensible et difficile, pour ne pas dire carrément dangereuse.

« Face au détournement d’usage de ces produits et aux risques juridiques encourus, de nombreux pharmaciens ont tout simplement abandonné la détention de ces médicaments, ou s’abstiennent d’honorer certaines prescriptions médicales. Ce n’est certes pas la meilleure des solutions, mais pour de nombreux confrères et consœurs, c’est une attitude à résultat garanti, qui met leur vie en sécurité, et qui les met à l’abri des risques et incompréhensions judiciaires, ou des menaces de la délinquance », lit-on dans le communiqué qui poursuit : « Tout le monde s’accorde à dire qu’il faut des changements urgents, mais ces changements tardent à venir, malgré les efforts fournis par tous pour les concrétiser. Chose est sure, les pharmaciens ne veulent plus continuer à exercer dans la peur. La peur d’être assassinés ou emprisonnés parce qu’ils sont pharmaciens, accomplissent leur devoir en honorant des prescriptions médicales, et mettent à la disposition des citoyens des médicaments essentiels appelés « psychotropes ».

MDI Alger

Le SNAPO, dans le cadre de tous les efforts qu’il est en train de déployer pour améliorer les conditions d’exercice des pharmaciens, et en vue du renforcement de l’encadrement juridique et technique de la gestion de ces produits, a pris l’initiative d’organiser cette conférence sur les psychotropes, et a associé tous les ministères et institutions, ainsi que les professionnels concernés par ce dossier, afin de discuter de tous les aspects liés aux psychotropes. Nous sommes persuadés  que cette conférence permettra des échanges constructifs. Nous sommes également convaincus que de nombreuses incompréhensions seront levées. Tout cela nous aidera tous, à adopter les meilleurs attitudes et solutions.

Bessa, Résidence la Pinède