Crise d’Aigle Azur : 15 millions d’euros bloqués en Algérie

tribunal de commerce d’Evry

« Quinze millions d’euros sont bloqués en Algérie et nous travaillons très bien avec nos collègues du quai d’Orsay pour comprendre dans quelle mesure on peut débloquer cet argent, notamment pour le rapatriement en lien avec Air Algérie ou d’autres compagnies », a révélé, lundi dernier, Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État français aux Transports lors de son passage chez Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV.

Le secrétaire d’État français reconnaît que le rapatriement de ce montant vers la France est « très complexe ». Il a par ailleurs réuni vendredi soir au ministère « l’ensemble des compagnies aériennes françaises pour leur demander de prendre leur part au rapatriement » des passagers bloqués dans les différents aéroports desservis par la compagnie Aigle Azur.

Il a salué le travail d’Air France qui « a affrété des capacités supplémentaires sur l’Algérie », soit « 100 sièges pour résorber le flux de l’Algérie vers la France », soulignant que l’essentiel du flux peut être résorbé sur trois semaines.

M. Djebbari a évoqué, dans la même émission, les repreneurs intéressés entre opérateurs français et étrangers. Il a confirmé, dans ce sens, l’intérêt manifesté par Air France et ne néglige pas la piste de l’actionnariat salarié. « C’est une demande d’une partie des pilotes », a-t-il déclaré.

« Sur les 19 000 passagers qui se sont retrouvés en difficulté au plus fort de la crise cette semaine, il en reste encore 13 000, dont 11 000 sur des vols avec l’Algérie, 600 avec le Mali, puis le Portugal, la Russie, le Liban, et quelques dizaines de personnes avec le Brésil, l’Ukraine et le Sénégal », a-t-il précisé.

MDI Alger

Par ailleurs, le sort d’Aigle Azur est suspendu à la décision de la justice française qui devrait intervenir le 16 septembre prochain à l’issue de la prochaine audience convoquée par le tribunal de commerce d’Évry.

Bessa, Résidence la Pinède