Ali Benouari : « L’économie algérienne est en très mauvais état »

maintien des réserves de change

Le président de Nida El Watan, Ali Benouari, s’exprime suer la situation économique du pays. Il considère que l’économie algérienne est en très mauvais état et pourrait faire faillite d’ici deux ans.

« Afin d’éviter ce danger, il est nécessaire que le pays soit gouverné par une autorité gouvernementale forte et légitime. Si ce dernier est en place dans six mois, il faudra du temps pour répertorier les problèmes et prendre des mesures draconiennes pour redresser la situation du pays; c’est presque trop tard. C’est pourquoi j’invite tous les dirigeants potentiels du pays à mettre de côté leurs préférences idéologiques ou politiques afin de soutenir l’option d’une transition brève et d’une élection rapide », estime-t-il avant de préciser : « Le pouvoir n’est pas une fin en soi, mais un moyen d’agir dans l’intérêt du pays ».

Selon lui, il est nécessaire d’envisager aujourd’hui comment mettre en place des réformes économiques urgentes.

« Ce n’est pas simplement un processus de pensée et nous avons vécu un processus similaire dans le passé; J’ai personnellement vécu cette situation. Dans la première rangée, si je peux m’exprimer ainsi, entre 1988 et 1992. Si nous cherchons à agir de manière préventive, nous pouvons éviter une perte potentielle de souveraineté qui serait encore plus préjudiciable que la période où nous mendions de la nourriture pour le pays… « , ajoute-t-il.

Pour MBenouari, « les efforts de toutes les parties concernées devraient viser une élection présidentielle rapide; nous devons nous efforcer de mettre en place les mécanismes pour un vote transparent ».

Il estime qu’il est nécessaire de trouver une solution rapide à cette crise et de préserver le caractère pacifique de notre révolution, ce qui représente une limite aux rêves libertaires.

MDI Alger

« Après avoir fait le choix d’une révolution pacifique, nous devons en accepter les conséquences, à savoir un dialogue et un compromis avec les véritables autorités », explique MBenouari.

Bessa, Résidence la Pinède