29e vendredi : la rue refuse l’élection sans le départ des symboles du système

Les appels lancés cette semaine par le chef d’état-major de l’ANP pour l’organisation de l’élection présidentielle dans les plus bref délais,  risque de suscité des vives réactions de la rue qui refuse l’organisation d’élection avant un changement complet des symboles de l’ancien système.

En ce 29eme vendredi qui est le 1er après la rentrée sociale, caractérisé par trois discours du chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaid Salah qui a appelé à l’organisation des élections rapidement, et il a averti les résidus de la bande.

Les citoyens ont investi de bon matin les rues de la capitale et cela malgré les mesures de restrictions empêchant les gens de se rendre à la capital, une grande foule s’est constitué dés 10h à Didouce Mourad.

Les slogans des manifestants  visent essentiellement l’organisation des élections présidentielles, ou ils affichent leur refus à ce rendez-vous électoral tant que les symboles de l’ancien système sont toujours en place, entre autre, le chef de l’Etat et le Premier ministre.

Les manifestants appellent aussi à la libération des détenus d’opinion emprisonnés depuis plusieurs semaines, «  libérez nous enfant et prenaient les vôtres » ont scandé des centaines de citoyens à la marche de ce vendredi. Le slogan d’un « Etat civil et non militaire » est aussi très répondu dans la manifestation de ce vendredi.

Par ailleurs le centre de la capitale, est fortement quadrillé par les forces de sécurités, et les environs de la grande poste est cadrais depuis hier soir pour empêcher que les manifestants se rapprochent des lieux

MDI Alger

Selon certains témoins, la police a procédé a l’interrogation des manifestants qui filmés en, direct de la marche, ce qui a suscité la colère des citoyens présent surplace.

Bessa, Résidence la Pinède