HomeLa uneAhmed Benbitour : on risque une implosion de la situation politique

Ahmed Benbitour : on risque une implosion de la situation politique

L’ancien chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, n’a pas caché ses craintes d’une implosion de la situation politique actuelle, suite à l’absence des réponses aux demandes du mouvement populaire.

« On craint une explosion de la situation. L’absence de réponse aux demandes actuellement formulées signifie l’émergence d’autres demandes » a indiqué Benbitour dans un entretien accordé au site Sabqpress.

Selon lui « nous risquons de créer une situation dans laquelle tout le monde sera perdant, en particulier les responsables et leurs proches ». De ce fait, il devient de leur « intérêt de sortir en toute sécurité ».

Dans une analyse de la situation, Benbitour considère que actuellement « nous sommes confrontés à deux positions: le mouvement populaire, qui adhère à sa demande depuis plus de cinq mois de changer de régime à travers des slogans soulevés lors des défilés ou discussions continus tenus dans les espaces libérés par les Algériens le 22 février, et la position des gouverneurs qui souhaitent se rendre aux élections présidentielles le plus tôt possible ».

Cependant, le pouvoir demeure, « méfiant et essayant d’imposer cette opinion et d’utiliser à sa manière des méthodes telles que la limitation des libertés et la limitation des marches, ces pratiques confirment la continuation du régime malgré la chute de l’ancien président sous la pression de la population » a-t-il souligné.

S’agissant des élections, Benbitour a indiqué qu’il « n’y a pas de refus d’organisation des élections, mais il est nécessaire de créer les conditions adéquates et de permettre à toute commission indépendante de superviser l’élection de jouer son rôle ».

Toutefois, il a considéré qu’il n’est pas possible d’organiser les élections dans un temps bref, car « quels que soient les préparatifs matériels et la révision de la liste électorale, il ne me semble pas possible de constituer ce comité et de diriger les présidentielles dans un bref délai, quelles que soient les bonnes intentions ». Par conséquent, la solution « découle de la conviction des responsables que les Algériens ont un désir urgent de construire un nouveau système politique loin des visages et des pratiques du régime qui veut toujours survivre et se renouveler »  a-t-il estimé.

De ce fait, Benbitour a souligné que « le désir urgent de mettre en place un système démocratique reposant sur un multipartisme efficace et stable requiert également du temps et permet aux expériences des autres de tirer parti du succès et d’éviter les erreurs ». Dans ce sens, il a expliqué que « nous traversons déjà les étapes de transition nécessaires après l’effondrement de leurs systèmes tels que le Yémen, l’Égypte et la Libye, et nous en voyons les résultats ».

Articles associés

Fil d'actualité

Articles de la semaine