Détenus du Hirak : Le CNLD dénonce les « graves dérives du ministère de la justice et l’administration de la prison d’El Harrach »

Émeutes à M'sila : 14 personnes placées sous mandat de dépôt

Le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD) qui s’est réuni, lundi 2 septembre 2019 à Alger, pour les travaux de ses commissions et tracer un plan d’action en faveur de la libération de tous les détenus d’opinion et politiques, a répondu au ministère de la justice qui a diffusé un communiqué concernant les conditions de détentions les détenus d’opinion à la prison d’El Harrach.

Le CNLD a d’abord salué « la mobilisation des citoyens et du collectif des avocats de la défense des détenus, dans la matinée au tribunal de Sidi M’hamed pour soutenir Sabrina Malek, arrêtée lors de la marche du vendredi 30 Août à Alger pour port du drapeau Amazigh, et libérée sans comparution. »

Pour le CNLD « le communiqué du ministère de la justice, adressé le 31 Août à l’APS, en évitant de parler sur les mauvaises conditions de l’ensemble des détenus, les rédacteurs de ce communiqué ont confirmé les pressions et chantage exercés par l’administration pénitentiaire d’El Harrach sur Samira Messouci, en détention arbitraire depuis le 30 juin », a écrit le Comité dans un communiqué rendu public.

« Les tentatives répétées de cette administration d’imposer à Samira Messouci le port du hijab puis du khimar comme condition pour accéder aux soins, avant de se rétracter au port d’un voile uniquement le jour de sa présentation devant le tribunal de Sidi Mhamed ne sont que des signes annonciateurs d’une république islamique couplée à une dictature militaire », a dénoncé le CNLD.

A ce titre, le CNLD rend hommage « à tous les avocats qui se sont constitués pour la défense des détenus d’opinion et qui n’ont ménagé aucun effort pour mettre de la pression sur les responsables de la prison d’El Harrach en alertant l’opinion publique sur toutes les conditions de détention. »

Rappelant que « l’actuel ministre de la justice était le procureur général de la cour d’Alger au moment des arrestations de ces détenus entre juin et juillet », le CNLD a dénoncé « encore une nouvelle fois ces graves dérives de ce ministère de la justice et l’administration de la prison d’El Harrach notamment dans la lenteur de l’instruction judiciaire et dans le traitement de l’ensemble des détenus. »

Le CNLD appelle « l’ensemble des Algériennes et Algériens, à rejoindre le sit-in qui aura lieu, le jeudi 5 septembre devant le tribunal de Sidi M’Hamed, où seront présentés à 10 h devant le juge d’instruction, quatre des détenus du port du drapeau Amazigh, à savoir Samira Messouci, Chalal Amokrane, Aouici Mustapha et Kichou El-Hadi. »

MDI Alger

Le CNLD exige encore une nouvelle fois « la libération immédiate et inconditionnelle de l’ensemble des détenus d’opinion à l’échelle nationale. Les détenus d’opinion ont plus que jamais besoin de votre solidarité. »

Bessa, Résidence la Pinède